Liège, la ville aux 200 escaliers
de Robert Ruwet

critiqué par Catinus, le 7 avril 2019
(Liège - 70 ans)


La note:  étoiles
Encore des perles liégeoises
Après les 116 clochers de Liège, les 88 ponts liégeois, les 300 murs qui parlent, les 50 bistrots légendaires, voici que Robert Ruwet aborde cette fois d’autres monuments, qui s’élèvent droit vers le ciel de la Cité Ardente, et ce depuis des dizaines, des centaines d’années parfois : ses escaliers. Et ce n’est pas une mince affaire car il faut en dresser la topographie, en rappeler l’historique, y inclure une ou deux anecdotes les concernant. C’est le défi que vient de relever avec brio monsieur Robert Ruwet ce « passeur d’histoires » comme le qualifie Guy Delhasse le « gardien de buts de la littérature liégeoise ».
Vous vous rendez compte : 200 cents escaliers ! Du plus petit (d’au moins une dizaine de marches) jusqu’au plus célèbre d’entre eux, Le Principautaire, connue internationalement : la Montagne de Bueren en passant par les Degrés des Tisserands.
Les photos sont de Michel Jandrin et Albert Cariaux.

L’auteur de cet ouvrage de 190 pages nous raconte Liège avec humour, sans oublier une pique bien sentie, çà et là, à l’encontre de la Ville et de ses Autorités quand le besoin s’en fait ressentir ; sinon ce ne serait pas « du Robert Ruwet ».
Prière de vous munir de bonnes chaussures de marche !

Extrait :

- La rue Bairoua relie la rue Fond-des-Tawes à la rue des Glacis. Vers son sommet, côté Citadelle, elle se transforme en un escalier assez raide de 73 marches. Tout ce vallon est particulièrement joli : c’est un coin de campagne en ville. (…)

- Rue des Bedennes (Chênée) : si vous cherchez une rue atypique, ne cherchez pas plus loin : celle-çi devrait faire votre affaire. Elle démarre dans le bas de Chênée, rue Large, par quelques marches. Ensuite, elle se donne des apparences de rue normale avant de redevenir escalier en son milieu. Elle va terminer sa course rue Verte. ( …)

- Ruelle des Chats : Pendant longtemps, les terrains vagues compris entre Molinvaux et la rue des Genêts étaient peuplés d’armées félines. Depuis, on y a construit des habitations sociales et les chats s’en sont allés. Seul le nom est resté (…)

- Rue Chauve-Souris : c’est sans doute l’un des plus beaux hybrides de la ville de Liège : elle alterne les portions de rue « normale » avec de splendides volées d’escaliers. (…)

- Rue de Herstal à Liège : bien peu de Liégeois connaissent la rue de Herstal et ils sont encore moins nombreux à l’avoir empruntée. (…)

- Monument national de la Résistance : savez-vous qu’ici nous ne sommes plus à Liège ? Effectivement,(…) un acte de cession fut signé par le conseil communal de Liège le 12 mai 1975 cédant 2.395 m2 à l’Etat belge. (…)

- La rue de Rome : Elle avait pour point de départ à côté de l’église Saint-Michel et aboutissait juste à côté de Saint-Nicolas-aux-mouches, donc de Sainte-Croix. A un jet de goupillon de la collégiale Saint-Pierre et de sa paroissiale Saint-Clément et Saint-Trond. Ajoutez à cela Saint-Hubert à quelques dizaines de mètres ainsi que Saint-Séverin et Saint-Servais. Tout cela à l’ombre de la cathédrale Saint-Lambert et de la basilique Saint-Martin.