Fullmetal alchemist Vol.21
de Hiromu Arakawa

critiqué par Fanou03, le 26 septembre 2017
(* - 48 ans)


La note:  étoiles
Combats dans l'obscurité
Winry Rockbell, exfiltrée par les troupes de la forteresse de Briggs, se réfugie discrètement chez elle à Resembool. Elle y retrouve Edward, qui s’y est caché en compagnie de Lin et de deux chimères. Pendant ce temps Pride, un des plus puissants homonculus, s’empare du corps d'Alphonse.

Soulignons tout d’abord le début inattendu de ce volume qui s’ouvre sur la foire à l’agneau de Rosembool: cela nous rappelle que Hiromu Arakawa a été fortement marqué par ses origines rurales (auxquelles elle rend largement hommage dans une autre de ses séries, Silver Spoon). Cette ambiance festive et chaleureuse est bienvenue : elle tranche avec la tension récurrente de la série.Il faut dire que le dénouement approche, et que les comptes se règlent dans une obscurité inquiétante. Hiromu Arakawa montre encore tout son art des découpages et son sens aigu des compositions, dans un dessin qui fait parfois songer à une véritable "ligne claire" d’une grande lisibilité.
Débuts des hostilités. 8 étoiles

Maintenant que le "Jour Promis" approche, les différents alliés commencent à se rassembler et ouvrent les hostilités. Un volume qui voit le début du combat final contre les homonculus, entre actions coup de poing et un combat de toute beauté opposant Edward et ses compagnons à Pride, l'un des homonculus les plus puissants. L'ultime bataille débute et l'on devine que l'intensité ne fera que croître à partir de maintenant. Passionnant.

Sotelo - Sèvres - 40 ans - 21 février 2020