Passage mortel
de Kathy Reichs

critiqué par Nirvana, le 9 mai 2004
(Bruxelles - 50 ans)


La note:  étoiles
Un soufflé retombé trop tôt
Kathy Reichs est anthropologue judiciaire à Montréal et professeur d'anthropologie à l'Université de Charlotte, aux Etats-Unis.
Elle met en scène Temperance Brennan, son personnage principal, qui exerce les mêmes fonctions et nous découvrons donc un métier qui a l'air passionnant mais qui n'est pas de toute tranquillité pour notre héroïne.
Temperance se retrouve avec une série de cadavres qui de prime abord ne semblent pas présenter de liens entre eux, et encore moins avec l'activité qu'elle exerce quand débute l'histoire, à savoir l'exhumation des restes d'une nonne décédée en 1888, en vue de sa canonisation.
Mais les corps mutilés s'amoncellent, les destins des victimes semblent s'entrecroiser et l'ombre de sectes mystérieuses plane au-dessus de tout ça...
Autant j'ai trouvé la description de ce métier intéressante, et la première moitié du roman m'a bien tenu en haleine, autant l'histoire est pour moi retombée comme un gros soufflé, avec une fin qui m'a même semblée bâclée.
Kathy Reichs doit être un excellent professeur,ses descriptions des analyses scientifiques pratiquées sur des ossements et des corps très décomposés est très didactique mais en matière de récit, je suis restée sur ma faim.
Dilution 4 étoiles

Après un petit chapitre qui suscite l'intérêt, on est plongé dans une foule de détails du traitement d'une scène de crime dans une maison incendié. Est-ce un problème de traduction ou des erreurs d'imprimerie? certaines phrases n'ont aucun sens. Malgré ou à cause de l'abondance de détails difficile de se représenter les lieux.
Pour la suite les méthodes et le déroulement du travail d'anthropologue judiciaire sont expliqués avec une extrême précision, mais aussi l'historique de l'urbanisme des quartiers et des bâtiments. Chaque contexte d'une étape de l'histoire est présenté sur des pages entières: les singes, les insectes nécrophages etc...
Rien ne nous est épargné tous les détails de la vie quotidienne, les repas, les lieux, la vaisselle, les escaliers, couloirs, les rues, les ponts...
L'idée est intéressante mais la lecture laborieuse.

Eoliah - - 72 ans - 16 mars 2021


Au coeur de l'anthropologie judiciaire 8 étoiles

Deuxième volet des enquêtes de Temperance Brennan sous la plume de Kathy Reichs, « Passage mortel » se révèle être un polar de bonne facture dans la veine des romans de Patricia Cornwell avec sa célèbre médecin légiste Kay Scarpetta. L'histoire est écrite à la première personne, racontée par le personnage central, Temperance Brennan, anthropologue de son état travaillant le plus souvent dans le cadre d'enquêtes criminelles. On apprend ainsi pas mal de choses sur l'exercice de cette profession à travers de longs passages très didactiques. En ce qui concerne l'intrigue proprement dite, Kathy Reichs réussit à allier suspense et analyse sur le phénomène des sectes et de leur capacité d'enrôlement. Le récit est bien construit et nous emmène vers un final qui, bien que pressenti, ne déçoit pas. Un bon récit, une héroïne attachante, les ingrédients d'un bon polar sont ici réunis pour notre plus grand plaisir. A noter que les romans de Kathy Reichs n'ont pas grand chose à voir avec la série « Bones » qu'ils ont inspirée, cette dernière s'appuyant sur des intrigues et des personnages différents.

Rik13 - Marseille - 55 ans - 23 juin 2013


Trop d'un côté pas assez de l'autre 5 étoiles

Je partage l'opinion de Nirvana. L'auteur de par ses descriptions nous fait découvrir un métier intéressant, en nous offrant une multitude de descriptions, surtout concernant la décomposition de corps. Il faut lire le passage concernant l'explication d'un biologiste ! Surprenant...

Il faut quand même avoir le coeur accroché, car elle n'y va pas de main morte et en perd un peu le fil du suspense. L'énigme se devine facilement, on s'attend à une fin plus travaillée.

Critique - Trets - 62 ans - 23 juillet 2005