L'étoile et le vagabond
de Bernard Pouchèle

critiqué par CCRIDER, le 27 janvier 2004
(OTHIS - 74 ans)


La note:  étoiles
Un aristo de la route
J'aime beaucoup ce qu'écrit Bernard Pouchèle. C'est de la trempe de Kérouac. Il a vécu bien des galères sur la route, mais il les raconte avec gouaille et humour. C'est un routard, il préfère le terme de vagabond, mais c'est surtout un écrivain. Un vrai. Dommage qu'il ne soit pas plus connu, il le mériterait.
Suite au décès de sa femme, Quentin ( alias l'auteur ) promène ses rêves et ses tracas sur toutes les routes de France et de Navarre. Il gagne sa vie grâce à de petites corvées et de petits boulots mal payés. Il traine un peu partout de la ville à la campagne, de foyers en squatts, au gré de ses rêves et de ses cauchemars. Il picole un peu aussi. Il a 55 ans et depuis 7 ans, il roule sa bosse un peu partout.
Et soudain une étoile apparaît dans la nuit de ce SDF. Elle s'appelle Marie. Elle a 35 ans. Elle est belle, douce et tendre. Quentin en tombe amoureux et s'aperçoit qu'avec Marie tout va pouvoir enfin changer dans sa vie...
Le thème, raconté comme cela, peut sembler banal ou à l'eau de rose, mais il n'en est rien. C'est un très joli "roman", bien fait, plein de poésie, de retenue, rempli d'une certaine philosophie de l'existence. A ne pas manquer.