Les péchés du vagabond
de Bernard Pouchèle

critiqué par CCRIDER, le 27 janvier 2004
(OTHIS - 74 ans)


La note:  étoiles
Mais qui donc est Nicéphore ?
Un jeune homme , très sympathique à l'allure un peu androgyne , un peu étherée , rencontre Quentin , vagabond , routard , clochard céleste come dirait Kérouac ( en fait le double lttéraire de l'auteur , semble-t-il ) dans un bar . Entrainé dans une série d'aventures et de situations "abracadabrantesques" , dans un voyage cocasse dans les méandres de la psychiatrie et de la délinquance , Nicéphore , qui est en fait l'ange gardien de Quentin , a bien du mal à empêcher que notre vagabond ne commette l'irréparable ...
Dans ce livre émouvant , Pouchèle nous parle en fait , sur un mode allégorique, de lui-même , de ses idées sur la vie , les femmes , l'amour et même Dieu et la théologie . Pouchèle a tout connu du monde de la rue , c'est un vrai SDF , mais inspiré et plein de foi et de gouaille . Il est éminemment sympathique et plein de vie après tout ce qu'il a traversé .
De la verve et du souffle , une langue fleurie et un humour décapant dans une histoire si étrange qu'elle en ferait douter peut-être un athée ...