Un secret du docteur Freud
de Éliette Abécassis

critiqué par Jfp, le 25 janvier 2015
(La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)


La note:  étoiles
transfert
Éliette Abécassis nous conte, avec son talent habituel, les derniers moments à Vienne du père de la psychanalyse. La montée du nazisme en Autriche, après son annexion par le Troisième Reich, va mettre en danger Sigmund Freud, vieillissant et malade. Pour le protéger et assurer son transfert rapide vers l’Angleterre, Marie Bonaparte, son élève et généreuse donatrice, va mener à bien une mission délicate qui va l’amener à côtoyer Anton Sauerwald, commissaire aux affaires juives. Celui-ci va finalement mettre sa carrière en péril en facilitant la fuite, corps et biens confondus, de la famille Freud et du trésor éditorial et artistique (les fameuses statuettes) accumulé au fil des ans. Fiction et vérité historique se mêlent, dans une langue fluide qui rend la lecture très agréable. Même si l’on connaît la biographie officielle de l’auteur de "Psychopathologie de la vie quotidienne", on se laisse facilement entraîner dans un récit fortement empreint de mystère : quel est ce secret que notre héros ne veut dévoiler, y compris (et surtout) à ceux qui lui sont les plus chers ? On le devinera au fur et à mesure que sa personnalité complexe nous sera dévoilée. Comme il est de rigueur dans toute son œuvre, Éliette Abécassis renforce au passage la judéité de Sigmund Freud, dont les relations avec le judaïsme étaient pour le moins complexes. Mais elle le fait d’une manière tout à fait convaincante. Passionnant…
1000 fois hélas. 8 étoiles

Hélas, juste avant de me plonger dans cet excellent ouvrage, je m'étais laissé aller dans les aventures d'Irvin Yalom et cela a sans doute créé un sentiment de doublon.
Ma cotation en est donc altérée.

Que dire d'Eliette Abécassis ? Elle a secoué le palmier très fort avec l'excellentissime "Et te voilà permise à tout homme" !
Elle a su démontrer un grand talent et une façon délicate d'exprimer ses thèmes.
Ses livres sont fluides, se laissent lire gaiement en flirtant avec le grave.

Ici, le trio Freud, Marie Bonaparte et Anton Sauerwald, parvient à émouvoir le lecteur jusqu'aux larmes.

Monocle - tournai - 62 ans - 12 février 2016