Courir deux lièvres
de Simon Grennan, Anthony Trollope

critiqué par Lecassin, le 13 janvier 2015
(Saint Médard en Jalles - 66 ans)


La note:  étoiles
Accusé, levez-vous...
Tout d’abord, un mot sur Anthony Trollope : bien qu’absent dans ma bibliothèque, il nous est décrit comme l'un des romanciers britanniques les plus célèbres, les plus respectés et les plus prolifiques de l'époque victorienne ; contemporain de Dickens…
En 1879, Anthony Trollope publie « John Caldigate », objet d’une adaptation en bande dessinée de Simon Grennan, « Courir deux lièvres » parue en ce début 2015.

John Caldigate ayant contracté des dettes de jeu se brouille avec son père et décide d’aller faire fortune aux Nouvelles-Galles du Sud : on parle de mines d’or…
Il s’embarque donc sur le Danaë, Destination Sydney en seconde classe. C’est là, sur le pont, qu’il rencontrera celle, Mrs Smith, qui lui vaudra bien des ennuis par la suite et de la prison pour polygamie…

Une intrigue, bien typée XIXème siècle britannique colonial, riche en rebondissements. Un père « so british » et une belle mère possessive complètent une galerie de portraits très bien sentis ; tant du point de vue personnalité (merci Troloppe) que du point de vue graphique qui rend remarquablement l’ambiance victorienne. Un petit bémol, cependant ; un détail qui m’a quelque peu perturbé : je n’ai pas compté, mais je pense que quasiment la moitié des personnages sont représentés de dos, donnant une impression continue de fuite en avant.

En conclusion, une bonne BD originale dans son graphisme, qui m’a donné l’occasion de découvrir Anthony Troloppe dont j’ignorais tout à ce jour ; jusqu’à son nom…

Ajoutons en fin d’album une présentation d’Anthony Trollope et des activités de Simon Grennan ; ainsi qu’une description de la démarche d’adaptation du roman en BD, très intéressante où on apprend que ce travail est le fruit d’une commande de l’Université de Leuven pour la célébration du bicentenaire de la naissance d’Anthony Trollope (1815-1882).