Nelson - tome 11 : Fléau sans frontière
de Christophe Bertschy

critiqué par Septularisen, le 5 décembre 2014
(Luxembourg - 54 ans)


La note:  étoiles
DIABLOTIN EN LIBERTÉ!
Avec Nelson, son diablotin « attitré », qui lui fait vivre les pires cauchemars, et pas seulement la nuit, notre pauvre célibattante Julie est à bout de nerf et aurait bien besoin de quelques jours de vacances… Cela tombe bien, elle remporte le premier prix du concours des chocolats «MIAM’S», à savoir, un voyage au Bahamas…
Bahamas qu’elle ne verra que trois minutes, étant donné que Nelson s’est glissé dans sa valise et en jaillit pile sous les yeux du douanier !...

Julie se rabat alors sur des vacances à la ferme et si en tant que citadine, elle a un peu de mal à s’adapter aux conditions de vie à la campagne, c’est n’est bien sûr pas du tout le cas de Nelson, qui trouve dans les cochons de la ferme, des compagnons de jeux idéaux !...

De retour des vacances c’est toutefois la déconvenue pour Nelson, une véritable calamité va à son tour lui empoisonner la vie…
Julie a un nouveau petit copain en la personne de Jeff, un musicien qui refuse de se laisser corrompre par l’industrie du disque... Et entre cette relation qui débute, son travail qui l'accapare et l'attention qu'elle porte à son chien Floyd, comment Nelson va-t-il parvenir à garder sa place dans la vie de la jeune fille ?
Fidèle à lui-même, notre diablotin préféré n'est pas à court d'idées, toutes plus hilarantes les unes que les autres, pour essayer de se débarrasser de Jeff, ce « glandeur pathétique » !...

On ne présente plus Nelson le diablotin créé par BERTSCHY en 2001 dont « Fléau sans frontières » constitue le 11e volume de ses « aventures ». Nelson est toujours égal à lui-même: « Je suis hautain, narcissique, égoïste et paresseux...» selon ses propres dires !...

Toujours aussi drôle, cette BD, idéale pour les 8//88 ans, se présente toujours sous la forme de strip de 3 ou 4 cases racontant chacun un gag (il y en a 180 dans cet album…). Il faut avouer qu’on s’attache vite au personnage de Nelson. Ce sacré diablotin orange, qui « pourrit » littéralement la vie tranquille et bien réglée de la jeune Julie, condamnée définitivement à subir les bêtises de Nelson… Pour avoir volé un rouleau de papier toilette à son bureau!

Et si le dessin et les couleurs sont ici secondaires, l’action et le gag étant privilégiés, cette BD saura quand même certainement vous séduire, ne fut-ce que par son côté attachant et burlesque. J’en recommande chaudement la lecture à tous ceux qui veulent se "détendre" les zygomatiques !