Sambre, Tome 2 : Je sais que tu viendras...
de Balac (Scénario), Bernard Yslaire (Scénario et dessin)

critiqué par Bluewitch, le 20 décembre 2003
(Charleroi - 43 ans)


La note:  étoiles
La fleur de pavé, la glaise des rues
Poursuivie pour le meurtre, qu'elle n'a pas commis, de la mère de son amant Bernard Sambre, Julie Saintange s'enfuit à Paris. Décidée à comprendre pourquoi sa mère lui affirmait que son destin était lié à celui des Sambre, elle retrouve son père mais le questionne en vain. Battue et chassée, elle échoue chez un peintre violent, Valdieu, qui occupe les anciennes écuries de l'appartement du père Sambre. Enceinte et désolée, dans l'attente de la venue de Bernard, elle posera pour lui, laissant son âme à nu autant que son corps...
Bernard finit également par se rendre à Paris, où il cherchera aussi à comprendre la folie de son père, sa haine des "yeux rouges", et ce livre étrange qu'il écrivait: "La guerre des yeux".

Dans une atmosphère sombre, sanglante, déchirée et violente, l'obscure saga des Sambre se poursuit. Trahisons, actes désespérés et folie. L'étau se resserre, le mystère ne promet pas encore de s'éclaircir.
Dérangeant, sensuel, trouble et douloureux, superbe à nouveau. Un vrai envoûtement.

A écouter: "Saintange" du chanteur belge Vincent Venet, qui s'est inspiré de la saga pour composer cette chanson
sombre 10 étoiles

vraiment une série sombre et fantastique, unique en son genre, tant par le dessin que par le thème,"la guerre des yeux"

Kim - Limay - 38 ans - 24 août 2004


L'ambiance 10 étoiles

C'est une superbe saga dont notre amie Bluewitch nous parle, tant par le dessin magistral, que par l'histoire, et surtout l'ambiance à la fois romantique et expressionniste, bien rendue par le coloriage très particulier. Yslaire nous rappelle que cette époque était dure, très dure pour les "petites gens", et qu'on y mourait beaucoup, par violence, tuberculose, misère et injustice. Julie est une de ces héroïnes qui se battent jusqu'au bout, quelle que soit la force de l'adversaire. Elle tombe, se relève et recommence le combat, sûre de son bon droit, de son droit de vivre, et c'est ce qui la rend particulièrement émouvante. Elle n'est pas indestructible, les coups se marquent sur elle, mais dans la pire des adversités, elle réussit à garder envers et contre tout sa dignité.

Leura - -- - 71 ans - 20 décembre 2003