La Mer de corail
de Patti Smith, Lynn Davis (Dessin)

critiqué par Veneziano, le 10 mai 2014
(Paris - 44 ans)


La note:  étoiles
Un hommage poétisé
Patti Smith désire rendre hommage à Robert Mapplethorpe, le photographe avec qui elle a partagé la vie, un temps assez court, sans jamais s'éloigner. Elle s'est engagée à préfacer son livre à paraître, Flowers - Des Fleurs - . C'est l'occasion de faire d'une pierre deux coups.
Elle livre des bribes d'expériences, des sensations, découvertes et épisodes insolites, destinés à montrer la sensibilité, en somme la beauté d'âme, de cet artiste qui a marqué tant sa génération que sa propre existence. Cette série de très courts passages, à peine des chapitres, s’apparente à des poèmes en prose, chargés d'émotion, de ses goûts, de son état d'esprit. Il en ressort un sentiment de douceur, une forte curiosité d'esprit nécessaire à la création, un regard avisé, acéré.
Je ne pense pas qu'il soit utile et nécessaire d'exprimer davantage sur ce très court ouvrage, de moins de cent pages, illustré de photographies, qui est là en guise de témoignage d'un état d'esprit, évaporé par une mort prématurée. Il ne s'agit pas d'une sensiblerie facile, mais de la reconstitution par bribes d'une atmosphère créative. C'est aussi instructif qu'émouvant, qu'on pense des deux protagonistes, que chacune et chacun sont libres d'apprécier au degré souhaité.