Les pantins cosmiques
de Philip K. Dick

critiqué par Bookivore, le 26 mars 2014
(MENUCOURT - 39 ans)


La note:  étoiles
Réalité irréelle
Une des rares incursions de Philip K. Dick dans le domaine du fantastique pur et dur, comme il est précisé, quasiment en ces mots, au dos de la plus récente réédition poche de ce court (moins de 200 pages !) roman paru en 1957 (1984 pour nous, soit deux ans après la mort de l'auteur).

"Les Pantins Cosmiques" est, comme une grande, grande partie de l'oeuvre dickienne, centré sur le concept de la réalité erronée. L'action se passe dans une petite ville anodine (en apparence...) de Virginie, Millgate. Ted Barton, qui y a vécu enfant jusqu'à l'âge de 9 ans, y retourne pour la première fois depuis, justement, cet âge (et depuis 18 ans, calculez donc son âge ; vous avez quatre heures). Comme on peut s'en douter, il ne reconnaît pas particulièrement la ville. Le fait est, en réalité, qu'il ne la reconnaît ABSOLUMENT pas du tout du tout du tout. Aucun commerce n'est à la bonne place, les noms des rues ont changé, les personnes les plus âgées, vivant ici depuis 40 ans ou plus, n'ont jamais entendu parler de lui... en revanche, il découvre, en farfouillant dans les archives du journal local (qui a aussi changé de nom), qu'il y a 18 ans est mort, ici, un petit garçon de 9 ans de son nom...
Barton (aidé en cela par un vieil ivrogne du coin avec qui il va sympathiser) va se rendre compte qu'il se passe des choses étranges à Millgate, ville qui semble prise au piège, coincée dans une réalité parallèle...

Un roman sympathique mais mineur de Dick, clairement pas un de ses meilleurs, et pas un de ses plus connus, aussi. Cette incursion dans le fantastique (de la part d'un auteur de SF classique) est une des raisons de lire ce livre ; une autre raison est sa minceur, 188 pages, ça se lit vite et bien (le style est correct, mais ce n'est pas du grand Dick, littérairement parlant ; le style littéraire de Dick est, de toute façon, loin d'égaler celui de Bradbury, pour ne citer que lui).
C'est pas mal, pas inoubliable, mais sympa.