N'éteins pas la lumière
de Bernard Minier

critiqué par Ndeprez, le 14 mars 2014
( - 48 ans)


La note:  étoiles
Tu l’as lais­sée mourir...
Christine Steinmeyer animatrice vedette d'une radio régionale croyait que la mis­sive trou­vée le soir de Noël dans sa boîte aux let­tres ne lui était pas des­ti­née. Ce courrier , hautement anxiogène , lui reproche d'avoir laissé se suicider une personne.
L’homme qui l’inter­pelle en direct à la radio, dans son émission, semble également per­suadé de sa "faute morale"... Bientôt, les inci­dents se mul­ti­plient, son futur mari prend ses distances, son chef lui demande de se mettre en retrait après des mails équivoques (qu'elle dit ne pas avoir écrit)

Martin Servaz, lieutenant de police en arrêt maladie, a reçu par la poste la clé d’une cham­bre d’hôtel où une artiste plas­ti­cienne s’est donné la mort un an plus tôt. S'ennuyant ferme dans son refuge , il décide de mener l'enquête.

Persécution , paranoïa , Bernard Minier nous entraine dans un enquête bien tortueuse.
Sans grande surprise mais très bien ficelé , "N'éteins pas la lumière" ne décevra pas les amateurs du genre.
Une suite est plus qu'envisageable au vu du final
Persécution 9 étoiles

La troisième aventure de Martin Servaz.
Bonne histoire avec des rebondissements jusqu'aux dernières pages.
Bernard Minier est un auteur qui compte dans le paysage polars français.
Son plus; il vient du sud ouest, ses romans se passent dans la région Toulousaine.

Free_s4 - Dans le Sud-Ouest - 50 ans - 17 avril 2017


déçue 3 étoiles

déjà dans les 2 premiers livres je n'étais pas convaincue, en effet ; trop de détails, des explications de 6 pages qu'on pourrait expliquer en 20 lignes. Là j'en suis à la page 77 et depuis le début je lis en diagonale ! Pour moi un bon thriller m'empêche de dormir car je veux lire la suite, ici, je m'ennuie. Quand j'achète un livre je dois le finir.... mais là vraiment je ne vais pas y arriver. Les livres de Bernard Minier font plus de 500 à 700 pages c'est tout simplement parce que c'est tiré en longueur. Maintenant tout cela est personnel.

Kikela - - 73 ans - 15 janvier 2017


Trop anxiogène ! 3 étoiles

Je viens de découvrir Bernard Minier, j'ai lu les 2 premiers romans, d'ailleurs en un éclair, tellement l'histoire , bien ficelée, m'a passionnée.

Je me suis jetée sur celui ci avec la même fougue et... au fur et à mesure des aventures de Christine, j'ai complètement décroché, en effet, je trouve que cela va trop loin dans le harcèlement, trop et le trop , ça ne passe pas !

J'ai essayé de suivre l'autre histoire avec Servaz, et je me suis rendue compte qu'il n'allait intervenir dans l'histoire de Christine qu'à pratiquement la fin du livre ( 500 et quelques pages ! )

Bref, j'ai refermé le livre et suis passée à un autre livre moins anxiogène !

Avril831 - - 63 ans - 13 octobre 2016


un air de déjà vu mais néanmoins efficace 7 étoiles

L'idée était d'abord de suivre les personnages liés à la saga, Servaz, certes mais aussi ses adjoints et malheureusement ce roman apparait plus comme un spin off que comme une suite. Ceci étant posé, l'intrigue a un réel air de déjà-vu notamment l'excellent "juste une ombre" de Karine Giebel et je me suis dit que l'auteur tombait dans la facilité. Cette impression m'a tenu les 3/4 du livre et les derniers rebondissements ont balayé cette crainte. Ils sont surprenants et donnent un épilogue étonnant. Les dernières pages du livre annoncent clairement une suite pour laquelle il faudra un peu patienter pour la découvrir... bien joué Mr Minier!

Seb - - 47 ans - 17 août 2016


les héroines aussi finissent hors la loi! 7 étoiles

Histoire très flippante sur la manipulation ou comment gâcher une vie et pousser au suicide. Le meurtre parfait? Servaz est en arrêt maladie dans une maison pour flics malades , alcooliques et suicidaires. Deux enquêtes d'un côté notre lieutenant Servaz qui va recevoir une lettre et relancer une ancienne affaire de suicide; De l'autre une femme Christine qui va se faire harceler, manipuler et tout perdre. Bien sûr les deux affaires ne vont en faire plus qu'une et Servaz volera au secours de Christine. L'ombre de son pire ennemi Hirtmann plane tout le long du livre. La fin et surprenante ou plutôt les fins. Celle de l’enquête a une drôle de morale j'ai été assez surpris de cette espèce de vengeance malsaine de la part de l’héroïne. L'autre fin c'est un coup de théâtre sur Hirtmann et de l’enlèvement de Marianne. Une histoire somme toutes bien ficelée ( quoique bien tordue par moment) mais avec Bernard Minier depuis "Glacé" on y est habitué.

Darkvador - Falck - 56 ans - 14 mars 2016


Ça tient la route 9 étoiles

Troisième roman dans lequel apparaît Martin Servaz, commandant de police à la brigade criminelle de Toulouse, qui souffre ici d'une dépression grave nécessitant une longue période d'arrêt de travail. Celui-ci se retrouve dans une maison de repos réservée aux policiers, et du fait d'un caractère bien trempé il ne fait pas, et de loin, l'unanimité. Peu importe, les priorités de Servaz se situant bien loin de ces considérations.
C'est dans ce contexte qu'il reçoit une lettre anonyme l'invitant à enquêter sur le suicide d'une jeune femme dans une chambre d'hôtel de luxe. Intrigué, il ne peut s'empêcher d'en savoir plus et commence ses recherches.

Par ailleurs une animatrice d'une radio locale reçoit une lettre dans laquelle une personne menace de se suicider. Choquée, celle-ci essaie, malgré l'anonymat et le manque d'éléments permettant d'identifier cette personne, de retrouver l'auteur. Ceci n'est que le début d'un cauchemar visant à l'isoler et la pousser à l'irréparable.

Ces deux histoires dont on perçoit le point commun, sont très bien menées avec du suspense et des rebondissements savamment orchestrés. L'auteur nous surprend plus d'une fois, sans que l'on voit venir les différentes manipulations auxquelles se livrent des personnages gravitant pour la plupart dans le domaine de l'aéronautique.

Du lourd en matière de thriller.

Ayor - - 51 ans - 18 février 2016


Efficace 8 étoiles

J'avais hâte de lire le troisième volet de cet auteur que j'ai découvert par hasard.
Je n'ai pas été déçu comme d'habitude même si j'ai préféré le cercle.
Ça annonce un quatrième volet superbe.

Albator76 - - 47 ans - 20 novembre 2015


Très très très bon 8 étoiles

A l'évidence, des trois premiers romans (sur quatre) de Bernard Minier, "N'éteins Pas La Lumière" est celui qui m'a le moins branché, je ne saurais vous dire exactement pourquoi.

Cette histoire de contrôle mental, de vie brisée et pourrie par quelqu'un d'autre fait froid dans le dos : la pauvre Christine, parce qu'elle n'a pas vraiment fait ce qu'elle aurait du faire après la réception d'une lettre de menace de suicide par une jeune femme déprimée, un soir de Noël (jeune femme qu'elle ne connaît pas, pas même de nom : la lettre est anonyme), la pauvre Christine, qui ne pouvait donc rien faire, va vivre un enfer : appels téléphoniques de reproches, y compris sur son lieu de travail - une station de radio où elle est animatrice - et menaces, pour commencer, et des choses de plus en plus terrible par la suite.
De son côté, en proie à de terribles cauchemars et à une incertitude totale sur le sort d'une personne qu'il a connue, et qu'il pense hélas être morte tout en espérant le contraire, le commissaire Martin Servaz est temporairement pensionnaire d'une maison de repos, sa dernière enquête l'ayant bien marqué (physiquement et moralement).

Servaz, qui n'intervient que peu, au final (en tout cas, pas vraiment au début, c'est plus vers le milieu qu'on l'aperçoit de plus en plus dans l'intrigue), est l'ombre de lui-même dans ce roman dont le personnage principal est Christine Steinmeyer, animatrice radio persécutée, donc. Un roman glaçant, noir, ça aurait pu être du Karine Giébel. Intrigue super bien construite, impossible de deviner qui est derrière tout ça avant de le savoir pour de bon.

Malgré tout, sans m'être ennuyé, c'est tout de même le roman de Minier qui m'a le moins intéressé au final, je le relirai certainement, et je le conseille si vous avez lu et aimé les précédents (ne serait-ce que pour comprendre pourquoi Servaz est dans cet état, il faut au moins avoir lu "Le Cercle" ; et "Glacé" est tellement génial que ne pas le lire serait criminel), mais je ne lui donne "que" 4/5, soit quand même une sacrée bonne note, car c'est, de ses trois premiers opus (pas encore lu le dernier en date), le moins percutant selon moi.

Mais c'est relatif : n'importe quel auteur de thrillers aimerait avoir écrit un livre de cette trempe...

Bookivore - MENUCOURT - 41 ans - 26 juillet 2015


Encore, encore, encore, encore..... 10 étoiles

du Minier de cet acabit.
On ne s'en lasse pas. Tout le thriller est mené de main, que dis-je, de cerveau de maître.
On est loin de la psychologie de personnages à deux sous pour entrer dans un monde qui doit être abominable: celui du harcèlement.
Et dire qu'il y a des gens qui dans la vraie vie en sont les victimes !

Usdyc - Bruxelles - 68 ans - 1 avril 2015


3ème volet des aventures du commandant Servaz 8 étoiles

Le commandant Servaz est de retour ! 3ème volet dans la même lignée que les précédents avec pour différence, cette fois-ci, l'implication de sa fille dans cette enquête et sa mise en danger. Enquête dont il ne sortira pas indemne...
Ce livre est beaucoup "plus dur" que les 2 autres, la violence qu'elle soit physique ou psychologique est à son comble. Bon thriller même si ma préférence est pour son 2nd livre Le Cercle.

Cristina21 - - 50 ans - 13 décembre 2014


Je suis scotché 9 étoiles

C'est vraiment un excellent thriller, impossible de fermer ce livre avant la fin. C'est vraiment prenant, on lit avec la boule au ventre, que de pressions sur cette pauvre Christine et sur le lecteur.
Martin n'est pas au top de sa forme, et il se laisse entrainer dans cette histoire sans maitriser grand chose.
Je me suis vraiment régalé, et je trouve ce livre plus construit, plus solide et plus abouti que le précédent (Le Cercle).

Pierraf - Paimpol - 66 ans - 16 septembre 2014


Au dessus du lot, vivement le prochain! 10 étoiles

J'avais un peu peur à l'entame de ce livre car c'est parfois difficile de passer le cap du troisième roman quand les précédents ont été très bons (j'ai souvenir d'une mauvaise expérience avec JCG et son Concile de Pierre), a fortiori avec les mêmes personnages en filigrane.

J'avoue avoir été bluffé, j'ai lu le livre en une journée de vacances sans avoir pu le lâcher, alors que j'avais mis beaucoup plus de temps pour lire "Le Cercle". Il est vrai que c'est pratique ces personnages pris dans des engrenages, on s'identifie à eux et on espère tellement que ça va s'arrêter qu'on ne peut plus décrocher.

Contrairement au premier chroniqueur de ce site, j'ai beaucoup aimé la fin... En fait j'ai tout aimé dans ce livre, le suspense, le scénario, les rebondissements auxquels on ne s'attend pas et donc la fin...

Bernard Minier a opté pour le principe de certaines séries policières : une enquête courante menée avec en toile de fond un fil conducteur et une enquête passée. Je ne sais pas combien de temps il tiendra avec ces personnages, mais je serais tenté de dire qu'il est peut-être, avec cet excellent troisième roman, rentré dans la catégorie des maîtres du genre.

Warrel62 - - 54 ans - 20 août 2014


Personne ne vous croit... 8 étoiles

J'étais un peu dans l'expectative avec ce livre car ça m'a fait penser à un livre de Karine Giebel et je me demandais ce que B.Minier aller en faire. Du bon, ma foi ! Christine est une femme qui est fiancée, un bon métier dans la radio, en apparence, en apparence bien sûr car sa famille cache un secret et entre elle et son fiancé c'est tout de même pas le top. Au fur et à mesure elle tente de prouver qu'elle n'est pas folle, que quelqu'un la harcèle, la police bien sûr est à la traîne.
Martin lui n'est pas très bien dans ses baskets, son esprit est dans le brouillard mais une affaire va l'occuper et faire ressortir ses instincts.
J'ai eu parfois du mal à fermer le livre, je voulais savoir la fin du chapitre et c'est un bon point. C'est ce que j'attends d'un livre. La fin m'a laissée un peu dubitative car c'est pas mon style. Mais dur de ne pas compatir avec Christine.
C'est un livre de femmes, ça m'a bien plu.
Et si quelqu'un voulait nous faire passer pour folle/fou, comment réagir et comment prouver que l'on ne l'est pas? Difficile, et c'est bien là le drame...

Marlène - Tours - 46 ans - 6 avril 2014