Pizzeria kamikaze
de Etgar Keret (Scénario), Asaf Hanuka (Dessin)

critiqué par Pucksimberg, le 14 janvier 2014
(Toulon - 43 ans)


La note:  étoiles
Original, mais un peu décevant ...
Quelques individus qui se sont suicidés se retrouvent dans un lieu ressemblant étrangement à la Terre, mais qui n'est pas la Terre étant donné qu'ils sont morts ! Dans ce lieu où l'on croise des personnes qui se sont empoisonnées ou tiré une balle dans la tête, on va au bar, on séduit des femmes, on se réunit. Des morts qui occupent leur quotidien comme les vivants !

L'univers dépeint dans cette bande dessinée est quelque peu déroutant, surréaliste et rappelle clairement le monde dans lequel nous vivons. Ce roman graphique est une adaptation du roman "La Colo de Kneller" d'Etgar Keret. Les dessins d'Asaf Hanuka sont toujours aussi réussis que dans ses autres bandes dessinées, les textes sont bien écrits et pourtant je suis peu séduit par cette histoire où on en vient vite à s'ennuyer. Il y a pourtant de bonnes trouvailles : ce lieu qui accueille tous les suicidés où l'on continue à vivre ou à errer, la présence surprenante de Kurt Cobain, une atmosphère étrange dans laquelle le lecteur est plongé. On s'interroge pas mal aussi afin de donner du sens à cette oeuvre. Il n'en demeure pas moins que je ne suis pas emballé par l'histoire.

Le personnage principal est à la recherche de la femme qu'il aime qui s'est suicidée comme lui. On pense parfois à Orphée et Eurydice ... Les personnages sont israéliens, donc en toile de fond quelques problèmes propres à cet état sont suggérés, mais cela reste bien discret. Le personnage du kamikaze reste assez frappant. En filigrane, c'est donc une photographie de ce conflit qui transparaît.