Les gens heureux lisent et boivent du café
de Agnès Martin-Lugand

critiqué par Prouprette, le 18 août 2013
(Lyon - 40 ans)


La note:  étoiles
pas assez exploité
A la suite du décès accidentel de son mari et sa fille, diane décide de partir vivre en Irlande pour prouver à son meilleur ami qu'elle va se reprendre. Elle se retrouve au fin fond de no man's land, avec un voisin grincheux et une météo capricieuse.

L'idée est bonne, mais j'ai eu très peur de tomber dans le gnan-gnan quand le méchant et la veuve s'accoquinent... mais l'histoire ne finit pas en love story, merci!

Je pense juste que la fin aurait pu être plus travaillée, il y avait matière!
Une résilience bien rude 6 étoiles

La narratrice, Diane, perd sa fille et son mari, des suites d'un accident. Son ami homosexuel, Félix, essaie de la remonter comme il peut et l'accompagne lors d'un séjour en Irlande, pour se remonter un peu le moral. La cordialité la remet un peu d'aplomb, si ce n'est qu'elle essuie les rodomontades du mauvais garçon de service, Edward, jusqu'à ce qu'un sentiment amoureux ne naisse de part et d'autre, sans que cela aboutisse véritablement.
De retour à Paris, elle se rend compte que ce dépaysement lui a été salutaire, pour se reconstruire.

Réfléchir sur la résilience constitue une belle expérience : l'idée est formidable, selon moi. Toutefois, que de rudesse, de difficultés, d'âpreté, si bien que je n'ai pas toujours et en tout senti en quoi Diane s'était senti relevée, après une forme de dépit amoureux, postérieur à son drame. Et quant au lien avec le titre, fort beau au passage, il 'apparaît clairement.
J'ai été séduit par la problématique narrative générale, mais déçu par son traitement, que j'aurais espéré plus réconfortant, plus analytique également.

Veneziano - Paris - 46 ans - 23 novembre 2023


Bad 2 étoiles

Bon j'aurais dû me méfier, j'avais trop entendu parler de ce livre, acheté un jour à la va-vite; je l'ai commencé, après quelques chapitres j'ai arrêté ma lecture, quelque temps plus tard je me suis dit: peut-être suis-je passé à côté d'un chef-d'oeuvre, mais à vrai dire je n'en demandais pas tant.. (cela m'est arrivé une fois avec Martin Eden de Jack London, un livre que j'avais abandonné et repris 5 ans après... devenu un de mes livres préférés.. le début est juste un peu lent..) bon revenons à ces gens heureux qui parait-il lisent et boivent du café.. un titre à première vue original, et puis non un titre superficiel et racoleur (les gens malheureux n'aiment pas lire et mangent du fromage..;?); ce genre de titre est en ce moment à la mode.. bon ce second acharnement s'avéra vain, ennui ennui, et en plus assez mal écrit; Désolée;

Nickie - - 63 ans - 11 décembre 2018


De belles émotions 10 étoiles

Je suis horrifié par certaines critiques négatives voire haineuses . Ce livre m'a donné beaucoup d'émotions, les personnages sont attachants, presque réels , il n'y a pas de happy end. Mais c'est justement ce qui est intéressant , cela reflète la vie et toute sa complexité. Et l'auteure a beaucoup de sensibilité et doit être par ailleurs une très bonne psychologue .

Gordien25 - - 67 ans - 12 août 2017


irish romance 6 étoiles

Si "Entre mes mains le bonheur se faufile" n'est guère plus qu'un "Harlequin" amélioré, il semble que cette fois-ci la mayonnaise ait mieux pris. Il y a toujours de l'amour, bien sûr, beaucoup de sentiments voire de passion, mais cette fois les personnages ont de l'épaisseur et on s'y attache, ainsi qu'au milieu dans lequel ils évoluent. Malgré des recettes faciles (des personnages que tout repousse vont se trouver attirés inexorablement l'un vers l'autre), on se prend vite d'intérêt pour cette jeune femme, qui vient de perdre mari et enfant et tente de se reconstruire dans un des coins les plus isolés de la lointaine Irlande. L'écriture est toujours aussi fluide, la lecture est donc agréable même si le traitement du sujet reste assez banal et ne délivre pas de message…

Jfp - La Selle en Hermoy (Loiret) - 75 ans - 5 juin 2017


Joli, mais... 7 étoiles

Un jolie histoire un peu simple mais agréable à lire et qui, non, ne termine pas par un happy end!
Malgré cela j'ai apprécié ma lecture, il n'est pas forcément obligatoire de se "casser" la tête à chaque lecture que l'on entame!

Palmyre - - 62 ans - 4 novembre 2016


Un bon titre et puis plus rien 3 étoiles

Beaucoup de gens de mon entourage en parlaient du coup, pour me faire ma propre opinion j'ai cédé. La lecture est aisée car le style archi simple et les personnages peu nombreux et caricaturaux. L'histoire est éculée et fait penser à des scénarios hollywoodiens. Même la fin est indigeste. Bref un roman en attendant le train, pas plus.

Seb - - 47 ans - 18 juillet 2016


Bientôt à l'écran? 9 étoiles

Je suis surprise du ton de certaines critiques négatives et acerbes. Personnellement, j'ai englouti ce livre en deux traits. Malgré la douleur du thème de départ, l'auteure parvient à insuffler un peu de légèreté et d'optimisme dans son roman. C'est un livre que j'imagine sans peine porté au grand écran (la scène de Dog days are over!) et qui saura certainement séduire ceux qui souhaitent s'évader quelques heures dans un roman court, sans prise de tête, et juste assez léger pour passer un bon moment mais tout de même laisser sa trace. J'ai hâte de lire la suite!

Gabri - - 38 ans - 29 juin 2016


Pathétique 1 étoiles

Quel beau thème racoleur que le deuil! Inutile de pousser la lecture très loin pour réaliser que vous le traitez comme tout le reste à savoir écriture, intrigue et personnages, pauvreté, superficialité et caricature!
Que vous soyez une psychologue clinicienne m'épouvante!
Même pas un bon feu de cheminée!

Erlep - - 54 ans - 7 avril 2016


Jolie histoire 9 étoiles

Certes, ce n'est pas de la grande littérature. Mais j'ai apprécié cette lecture de vacances, et pourtant j'apprécie aussi Balzac et Stendhal. On ne recherche pas la même chose en lisant l'un et en lisant l'autre. Ca m'a détendue, que demander de plus parfois à la lecture? Oui c'est sirupeux et plein de guimauve, et alors? Ca fait du bien de temps en temps.

Flo29 - - 52 ans - 18 février 2016


Un titre accrocheur 6 étoiles

Un titre accrocheur mais bien loin de ce que je m'attendais à trouver dans ce roman où il est peu question de livres et où l'on consomme plus de thé que de café.
L'histoire de Diane manque cruellement d'originalité, l'écriture est d'une grande simplicité mais une gentille lecture pleine de bons sentiments, cela fait du bien de temps en temps ; pas de prise de tête mais une heure agréable qui me rappelle les romans photos de ma grand-mère et le plaisir de mes jeunes années.

Marvic - Normandie - 65 ans - 18 septembre 2015


Beurk 1 étoiles

Acheté chez Monoprix à la va vite....c'est un livre de supermarché, c'est d'ailleurs même pas un livre, tout juste une histoire qui se résume en 3 phrases. Nul archi nul à éviter. Ça donne la nausée.

Slowlife - - 53 ans - 10 août 2015


A découvrir 10 étoiles

J'ai beaucoup aimé ce livre qui est touchant,une belle histoire sur les étapes du deuil.
Les personnages sont super attachants .
A découvrir et je le conseille vivement .Un livre pour filles .
J’espère le voir un jour en film ...

Je m'en vais de ce pas lire "La vie est facile, ne t'inquiète pas" la suite de cette histoire .

KAROLE - - 48 ans - 8 juin 2015


De la difficulté à faire le deuil 7 étoiles

J'ai trouvé au sujet de ce roman de dures critiques, certes il y a des maladresses de style chez Agnès Martin-Lugand , mais comment peut-on juger aussi durement le comportement d'une personne qui perd son mari et son enfant dans un accident ? Il n'y a pas de recette pour se relever après un drame. Diane choisit la fuite, rompre avec le passé, certes elle se vautre dans l'alcool , les cigarettes et alors, peut-on porter un jugement aussi dur et moralisateur ? Cette femme doit se reconstruire , son expérience de l'exil, sa rencontre avec un photographe l'aideront à comprendre que sa place réside finalement chez elle à Paris, auprès des siens , et que seul le travail sera salvateur d'autant plus qu'elle possède un bar littéraire.

Stradivarius - - 82 ans - 20 mars 2015


Nullissime ! 1 étoiles

C’est la critique de la 4e de couverture qui m’a incitée à lire ce livre que j’avais eu plusieurs fois en main et que je n’avais pas réussi à acheter. Une histoire de résilience est-il écrit !!! C’était bien ce qu’il fallait que je lise après deux décès récents de membres de ma famille… J’allais voir comment cette femme, touchée par le double décès de son mari et de sa fille, réussissait à s’en sortir !
Las ! Quelle déception ! Des phrases courtes ? Ah certes : courtes encore ça irait… Mais pauvres, plates, posées là les unes après les autres, comme un dialogue oral. On ne peut même pas parler de «style»… Franchement nul.
Ne parlons pas de l’histoire : une guimauve indigeste, inintéressante, mièvre, cousue de fil blanc… ils doivent être ainsi, les livres de la collection Harlequin : bébêtes, nunuches, niais. Des livres à nous entraîner vers le bas ! Dommage que l’idée du café littéraire n’ait pas été exploitée, elle était sympathique mais il n’en est pratiquement pas question ici.
Comment ce livre a-t-il pu connaître le succès que l’on dit ? C’est tout simplement invraisemblable, inimaginable. A croire que tous les lecteurs (comme moi) se laissent prendre par ce succès justement : «Ah ! Ça ne doit pas être si mal s’il se vend comme des petits pains»…
Eh bien ! Quelle supercherie. C’est le plus mauvais livre que j’ai lu depuis des lustres !
Vite ! vite ! Un autre livre.

Joséfa - - 52 ans - 25 février 2015


Un peu d'espoir... 6 étoiles

J’ai toujours été intriguée par ce titre que je trouve très beau et en partie vrai. Ce roman parle de la difficulté de surmonter un deuil et du temps qu’il faut pour se reconstruire ; s’il peut paraître aux premiers abords difficile d’un point de vue émotionnel, le reste de l’histoire va dans un tout autre sens beaucoup plus positif.
Un an après la perte de son mari et de sa petite fille dans un accident, Diane se refuse de vivre et ne trouve pas de raison de continuer à se battre. Elle n’en peut plus des condescendances des gens de son entourage et décide de partir seule en Irlande, là où personne ne connaît son histoire. Une nouvelle vie l’attend. Elle traverse quelques bons moments, d’autres moins agréables et l’on partage avec elle de fortes émotions… C’est parfois prévisible mais peu importe, ce roman se lit très facilement et on y trouve finalement de la légèreté. A lire.

Psychééé - - 36 ans - 3 décembre 2014


Les gens heureux... 6 étoiles

Roman qui se lit vite, très vite. J'ai été d'emblée attirée par le titre et la photo de couverture. Eh bien, j'ai été déçue. Rien à voir avec l'histoire. Le titre n'a quasiment rien à voir avec le récit. Le fait que le personnage possède un café littéraire est mal exploité et ne sert à rien. Ce roman semble faire l'apologie de la cigarette (les 2 protagonistes fument cigarette sur cigarette, aucun intérêt). On entre d'emblée dans l'histoire et on s'attend à un beau développement. Malheureusement, l'histoire tourne un peu en rond. Dommage.

Sandra_m - - 39 ans - 27 octobre 2014


Sensible 10 étoiles

Je ne trouve pas que cet ouvrage soit aussi "décevant" comme le dit "Peche07" ! Bien sure que le titre nous séduit.. un titre est généralement ce qui retient notre attention ! Vous même vous vous êtes "fait avoir" et parce que l'intérieur ne plait pas à votre palais, vous vous mettez à dire que vos illusions n'ont pas durées. Dites plutôt que vous n'avez pas les émotions assez humaines pour pouvoir partager l'avis de cet écrivain. Si la façon d'écrire vous a déplu, prenez-vous au jeu, chacun son style ! On écrit pas avec un mode d'emploi. Voilà !

Zizette - - 27 ans - 7 juin 2014


Ennuyeux 2 étoiles

J'ai dû m'arrêter au quart du livre et encore en lisant les dernières pages en diagonale.

Un style très simple, presque du langage oral. Ca ressemble à l'histoire qu'une copine pourrait me raconter. Donc, déjà le style ne me séduit pas.

Notre héroïne quitte la civilisation (ou presque) pour s'exiler en Irlande et découvre que son voisin est un ours, une espèce d'individu très mais alors très antipathique,...

Dès lors, pour moi, la suite allait être claire. Dans ce genre d'histoire, le méchant très méchant, méchant va finir par devenir gentil, gentil, ...

Un coup d'œil sur la dernière page m'a fait dire que j'avais grosso modo deviné la fin.

Odile93 - Epinay sur Seine - 70 ans - 30 mai 2014


Escroquerie littéraire 1 étoiles

Je rejoins entièrement la critique de Peche07.

On attire le lecteur par une photo de couverture aguichante, un titre accrocheur et des premières pages un peu travaillées, et puis on peut tirer l'échelle.

C'est de la guimauve intégrale, un style pour midinette et un scénario de roman-photo.

A éviter absolument.

Pacmann - Tamise - 59 ans - 22 décembre 2013


Se laisse lire. 5 étoiles

Oui un petit roman qui se laisse lire.
Agnès Martin-Lugand parvient à éviter le piège d'une fin téléphonée (à "la Musso").
Ici une écriture un peu simpliste, sans grand effet et même un peu terne mais l'ambiance est bien décrite.
Finalement seul le titre est original !

Monocle - tournai - 64 ans - 25 octobre 2013


Irlande, amour et cigarettes 6 étoiles

De nos jours. Clara perd brutalement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Voulant tout quitter de sa vie parisienne (elle travaille avec un associé homosexuel dans un café littéraire), elle part s'isoler dans un village reculé d'Irlande. Elle y rencontre une chaleur humaine qu'elle n'était pas vraiment prête à accepter, mais aussi une hostilité marquée de la part de William, son voisin. Et pourtant, cette hostilité va peu à peu se transformer en ce qui pourrait devenir une vraie histoire d'amour si...
Un roman court, bien écrit, où la pluie de l'Irlande complète le tableau du vide sentimental et de la solitude de Clara. Mais pourquoi l'auteur a-t-elle tant voulu que ses personnages, à commencer par l'héroïne, passent leur temps à allumer cigarette sur cigarette ? Au départ ça intrigue, puis ça devient franchement crispant tant c'est répétitif. Un maladresse de style qui m'a gêné, et qui m'empêche de donner à ce livre une note qui aurait pu être supérieure.

Bernard2 - DAX - 75 ans - 9 octobre 2013


Harlequinade sous titre aguicheur 1 étoiles

La sagesse critique serait de s'en tenir aux bons livres, avec le souci de les transmettre mais devant une telle déception il est quand même urgent de prévenir!
Le produit ( produit d'appel vendu à prix compétitif au format numérique) est le fruit du marketing ambiant . En version papier on se laisse séduire par le titre, on entend " lecture" ( c'est tendance dans les titres avec juste ce qu'il faut de caution culturelle), la juxtaposition des mots " heureux" et "café" soutenue par une belle photo rétro en NB fait aussi son petit effet. On attend une bonne histoire ficelée avec juste ce qu'il faut d'analyse comme peut le laisser supposer Sigmund en épigraphe.
Les cinquante premières lignes nous laissent sur cette illusion, presque bien écrites, avec juste ce qu'il faut de maîtrise du pathos... Hélas, passée cette ouverture appliquée , l'auteure ne réussit pas à tenir l'allure et sombre illico dans des dialogues d'une platitude épuisante pimentée d'expression familières ( mais oui, rappelons nous ... on est censé baigner dans le quotidien..!) . Côté récit j'abrège sur les retrouvailles de nos deux héros favoris, dignes des meilleures séries sentimentales. Nos classiques rose tendre qu'on dévore vers quatorze ans ou plus, l'amour yoyo, le macho et sa douce, fringants depuis le Moyen Age , toutes latitudes confondues ( ici l'Irlande , ses pubs et ses cottages et rien que des personnages clichés au service de l'intrigue )... Intemporel vous dis je, avec une exception pour la fin, (Sigmund est passé par là) , la thérapie se termine au chapitre 10 mais on ne saura pas si les deux protagonistes ... " furent heureux et eurent beaucoup d'enfants". L'auteure retrouve le style de "l'intro", les dix dernières lignes restent dans la suggestion, tendance vous dis je! Voilà qui m'apprendra à feuilleter trop distraitement les parutions en librairies...

Peche07 - - 66 ans - 21 août 2013