Ces gens qui ont peur d'avoir peur : Mieux comprendre l'hypersensibilité
de Elaine N. Aron

critiqué par Clacla44, le 11 juillet 2013
( - 34 ans)


La note:  étoiles
Nécessaire
Bonjour,

Ce livre s'adresse aux personnes dites "sensibles" et aussi aux autres. Il permet de mieux se comprendre et de nous comprendre tous au sein de nos sociétés. L'auteure explique ce qu'est une personne hypersensible, ses atouts et ses difficultés, ses réactions, son ressenti par rapport à des situations (qui peuvent paraître anodines pour d'autres personnes mais pas pour une personne hypersensible). Les chapitres varient sur divers plans; enfance, relations sociales, amour, travail, déprime, avenir, spiritualité... Quelque soit notre degré d'hypersensibilité, on s'y retrouve par endroit, ce qui permet de mettre des mots sur certains vécus, voire d'approfondir ce qu'on avait déjà commencé à comprendre. Je le conseille vivement, en plus, l'écriture y est claire et fluide, ça coule tout seul.
Bonne lecture;
clacla
Un éclairage indispensable 9 étoiles

Après une introduction très claire, l'auteure nous explique comment sa propre expérience l'a amenée à travailler sur le sujet de l'hypersensibilité et surtout à rencontrer les gens qui en souffraient.
Car avant de la comprendre et de l'accepter, elle est très difficile à vivre , et nombreux sont les patients qui se croient "fous" ou pour le moins différents des autres.
Cela a au moins le mérite de mettre (enfin) un diagnostic sur une perception exacerbée et fatigante des choses, de l'environnement, des personnes, odeurs, douleur, sons.. un rapide questionnaire de 23 questions permettant au lecteur de se situer.
"La différence dont nous venons de parler signifie que les hypersensibles sont capables de ressentir des degrés de stimulation qui échappent aux autres, qu'il s'agisse de lumières ou de sons subtils, ou encore de sensations physiques telle que la douleur."

Suivent alors des chapitres sur la naissance, l’enfance, la place et le rôle des hypersensibles dans la société.
Ainsi que les possibilités de vivre le mieux possible avec cette différence, adapter son environnement ou mettre en place des stratégies dans des situations stressantes d’hyperstimulation.

Madame Aron a le mérite de rendre une normalité aux 15 à 20 % de la population concernée par cette différence ; elle a le mérite de la faire connaître, de positiver, mais malgré tous ses efforts méritoires, je continue à penser qu’il est difficile de "trop" voir, de "trop"  entendre, sentir, percevoir ce qui se passe autour de soi ; épuisant et stressant mais un grand merci à l’auteure d’avoir écrit ce livre que j’ai rencontré grâce à la critique de Clacla44 que je remercie.
Je tiens juste à préciser que le titre de l’ouvrage a été changé lors de sa ré- édition, ce qui à mon sens, est une excellente initiative.

Marvic - Normandie - 64 ans - 19 juillet 2018