La chute du président Caillaux
de Dominique Jamet

critiqué par Tanneguy, le 18 juin 2013
(Paris - 83 ans)


La note:  étoiles
Un récit de "l'Affaire Caillaux"
Les plus jeunes ont sans doute peu entendu parler de cette affaire : en 1914, peu avant la Grande Guerre, la femme d'un des hommes politiques les plus puissants du moment Joseph Caillaux, plusieurs fois ministre et premier ministre, abat dans son bureau le directeur du journal Le Figaro Gaston Calmette, frère d'Albert Calmette, inventeur du vaccin BCG et donc unanimement apprécié. Il semble qu'Henriette Caillaux n'ait pas supporté la violente campagne diffamatoire lancée par le quotidien contre son époux.

L'homme politique est déstabilisé mais sera réélu triomphalement aux élections qui suivent (sa femme est alors emprisonnée...). La cour d'assise qui se réunit quatre mois plus tard (!) prononcera l'acquittement (!) mais l'attentat de Sarajevo interviendra au cours du procès lui-même. Caillaux sombrera dans l'oubli... Ce fut un homme exceptionnel, qui marqua son époque : membre du parti radical (pas grand-chose à voir avec celui d'aujourd'hui), il est le contemporain de Poincaré, de Clémenceau, et bien sûr de Jaurès, assassiné peu après le procès (tiens, nos têtes blondes en ont entendu parler, va savoir pourquoi).

Dominique Jamet est un journaliste, il s'exprime comme un journaliste. Il a vraisemblablement rédigé son ouvrage en épluchant la presse de l'époque, il nous rappelle ce que fut le scandale de Panama ou l'Alliance franco-russe. C'est passionnant est pas désagréable à lire, même si l'auteur "en rajoute" un peu avec des blagues et plaisanteries de potache. Les allusions aux affaires actuelles sont implicites...

J'ai passé un bon moment et j'ai eu l'impression de mieux comprendre l'affaire Caillaux, l'impression seulement !