Wilson
de Daniel Clowes

critiqué par Antihuman, le 7 avril 2013
(Paris - 40 ans)


La note:  étoiles
Un héros de la rue
Si les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures - on ne le dira jamais assez, reconnaissons toutefois qu'on aime tous découvrir ces strips pleins d'humour qui nous parlent de "beautiful losers" au quotidien, faces aux événements de la vie quotidienne... En l'occurence c'est de Wilson qu'il s'agit, un californien de temps à autre proférant des piques contre cette bien-pensance lourdingue.

Celui-ci a également le mérite d'un certain parler franc, il ne parle pas comme les rappers avec des gestes de mains de béotien total ni comme un philosophe de salon, et confessons que ses répliques nous gravent au fil des cases quelques sentences bien ajustées à propos de quelques vérités disséminées ! Pas un chef d'oeuvre donc, et même si le personnage principal n'est pas réellement sympa, il ne prend pas les autres pour des billes tout en ne se pensant pas secrètement pour un grand aux phrases tellement bien distinctes les unes des autres. Au moins et en dépit de sa réalité pathétique, en ce qui le concerne Wilson n'est pas un odieux mêle-tout.

Wilson donc, ce psycho-rigide sans attaches sans oublier sa chienne Pepper, est en fait surtout toujours à l'écoute du qu'en-dira-t-on: En un sens Wilson n'a rien à dire mais son sens du caustique peut séduire, d'autant plus que Clowes en fait un caractère du comic presque dangereux - sans mentionner le style changeant du graphisme. Pas politiquement correct pour un sou, il est à noter que ce protagoniste aux traits communs qui ne mâche pas ses mots ne veut pas travailler non plus (il trouve ça vulgaire et inutile.) Alors,trop cynique ? Oui, certainement. Vrai ? sans doute aussi...

Bref, Wilson en super-héros serait non pas Bruce Wayne/Batman mais à mon avis très certainement le Bouffon Vert. Une statue pour Wilson et ses pairs SVP.



Résumé

Wilson, un solitaire entre deux-âges, aime son chien et assez possiblement personne d'autre. Après que son père disparaisse, Wilson, maintenant irrévocablement seul, consacre son temps libre à rechercher son ex-femme avec l'espoir de faire revivre leur relation depuis longtemps mise aux fers, puis découvre soudain qu'il a une fille née après que leur mariage ait pris fin.