Pendant les combats
de Sébastien Ménestrier

critiqué par Ndeprez, le 5 février 2013
( - 46 ans)


La note:  étoiles
A ne pas laisser passer...
Excellent texte , très court (trop) vite lu .
Un style très poétique , pur où chaque scénette occupe une page (rarement plus).
Une histoire d'amitié entre deux braves hommes engagés dans la résistance , celle qui ne garde les noms que sur les monuments aux morts.
Poignant de bout en bout.

Merci à mon libraire indépendant de me l'avoir mis en main

Info post-critique : ce texte est dans la sélection finale pour le Goncourt du premier roman
Tragiques Dioscures 6 étoiles

Tragédie en cinq actes dont on connait d'avance la funeste conclusion. Histoire d'une amitié profonde, déçue par un manque de soutien passager, qui entraine le renoncement définitif pour cause de tristesse : « C'est la tristesse, Jeanne, c'est la tristesse qui m'a eu. » .
C'est beau parce que malgré les circonstances terrible, tout reste pétri d'humanité.
Une très belle écriture (comme on aimerait en lire plus souvent !) : pas de dialogue, des phrases courtes, des paragraphes minimalistes ; les descriptions sont brèves et concises, l'état des lieux vite fait, tout est dit sans jamais se perdre dans les détails futiles. Le style donne à ce très court roman (en fait une longue nouvelle) une puissance d'évocation extrêmement forte. Mais finalement, n'est-ce pas qu'un exercice de style, parfaitement réussi (à l'exception d'un "cette après-midi"), mais seulement un exercice de style ?!
Pour cette raison, je n'ai donné que 3 étoiles à ce roman qui pourtant a été un bon moment de lecture.

Homo.Libris - Paris - 56 ans - 11 janvier 2022


"Pendant Les Combats", magnifique 1er roman de Sébastien Ménestier, nous narre l'histoire de Joseph et Ménile, résistants, sous l'occupation. Quelle puissance et plaisir de lecture! A lire Absolument. 10 étoiles

Biographie de l'auteur:

Voir onglet biographie

Quatrième de couverture:

«Un matin qu'ils étaient allés voir la rivière en crue, Joseph avait dit à Ménile, mon vieux, je n'ai que toi. Moi aussi, garçon, lui avait dit Ménile.»
En 1943, sous l'occupation, deux jeunes hommes entrent dans la Résistance. L'un est tenu par son sens du devoir et de la précision, l'autre veut dépasser la bête de somme qu'il a été jusqu'alors. Ce qu'ils sont, et ce qui les unit, va passer au révélateur puissant des combats. En peu de mots, dans une distance qui fait songer au cinéma de Bresson, tout le tragique de l'espèce humaine en temps de guerre.

Mon avis:

+: Court roman, très bien écrit et sans aucune fausse note. Style et forme d'écriture du roman, aéré et ultra moderne, malgré le thème (La résistance sous l'occupation en 1943.). Roman où ses courts chapitres, sensibles, émouvant et respectueux des résistants, transportent le lecteur , jusqu'à sa fin splendide qui impose le respect. Quatrième de couverture explicite. Roman peu coûteux (9€50).

-: Première de couverture insipide.

En conclusion:

"Pendant Les Combats", court 1er roman de Sébastien Ménestier, d'une exceptionnelle puissance d'écriture, nous narre l'histoire de Joseph et Ménile, résistants, sous l'occupation. L'auteur (Sébastien Ménestier), réussit un coup de maître, faire ressortir, toute la puissance et la finesse de l'histoire, dans de courts chapitres à l'écriture pêchue, fluide, aérée et sans fausses notes, qui au fil des pages nous amènent à cette fin splendide, qui impose le respect.

Merci et encore merci à Sébastien Ménestier, pour ce magnifique 1er roman, "Pendant Les Combats", à ne surtout pas rater.

Anonyme3 - - - ans - 13 février 2013