Les lumières de Tyr
de Joseph Safieddine (Scénario), Xavier Jimenez (Dessin)

critiqué par Pucksimberg, le 30 décembre 2012
(Toulon - 42 ans)


La note:  étoiles
Une bande dessinée où de jeunes libanais souhaitent redonner le sourire au peuple meurtri par la guerre
En 1985, le sud du Liban est toujours en pleine guerre. L'électricité est sous contrôle, les habitants n'ont pas accès librement à la la lumière autant, des minorités s'affrontent, des jouets détenant des bombes sont lancés par des avions afin de piéger honteusement les enfants ... Un groupe de jeunes gens, sans doute insouciants, décident de rendre le sourire aux habitants de Tyr. A la manière des super-héros, auxquels ils empruntent la tenue vestimentaire, ils décident de rétablir la lumière dans la plupart des immeubles afin de lutter à leur manière contre l'extinction obligatoire des feux. Ces justiciers juvéniles agissent symboliquement, bravant les dangers au grand désarroi de leurs parents, morts d'inquiétude.

Cette bande dessinée en noir et blanc donne à voir le Liban et ses communautés si différentes et partageant pourtant les mêmes horreurs quotidiennes. Ce qui est aussi intéressant est de voir ce climat de tension à travers le regard de plusieurs enfants. Malgré un sujet sérieux, les auteurs s'accordent quelques pointes d'humour pour rappeler que les hommes continuent à vivre même dans ces périodes dangereuses. Le choix d'une prédominance de blanc ou inversement de noir dans certaines vignettes est au service des émotions voulant être transmises. Visuellement, la BD est vraiment plaisante.

Décidément, les éditions STEINKIS ( "K.O. à Tel Aviv", "Vietnamerica" ... )proposent toujours des oeuvres intéressantes avec une toile de fond historique et des personnages qui sont à la fois témoins et acteurs.