Sir Arthur Benton : cycle 2, tome 3 : La Mort de l'oncle Joe
de Tarek (Scénario), Vincent Pompetti (Dessin)

critiqué par Dirlandaise, le 6 mars 2012
(Québec - 67 ans)


La note:  étoiles
Toute bonne chose a une fin...
Troisième volet de ce deuxième cycle et fin de la série. Les soviétiques tentent de déstabiliser le régime de Tito en Yougoslavie. Ce pays devient donc la priorité absolue de l’Organisation. Elle s’emploie à combattre les espions du MGB tentant de déstabiliser la Yougoslavie et à aider les proches du maréchal Tito à purger le parti et les entreprises d’état des éléments pro-soviétiques. Pour l’Organisation, les pertes s’alourdissent ; trois agents britanniques sont éliminés par Moscou. L’existence d’une taupe au sein de l’Organisation devient de plus en plus évidente. La Chine devient communiste et en septembre 1949, la première bombe atomique soviétique explose. La guerre froide entre Américains et communistes atteint son paroxysme. Cependant, avec la fin du blocus de Berlin, la tension retombe entre Occidentaux et Soviétiques. Marchand continue d’entretenir une relation torride avec la belle Rosa malgré les nombreux avertissements de Benton. L’amitié entre Helmut et Marchand prend fin d’une façon tragique de même que le parcours de nombreux agents travaillant pour Benton. Marchand achève un boulot qu’il aurait aimé finir en Allemagne en 45…

Encore un excellent album signé Tarek et mis en images par Vincent Pompetti. L’action ne manque pas et les règlements de compte abondent. Le contexte historique servant de toile de fond au récit est toujours aussi bien brossé, personnages fictifs et réels s’entremêlent dans ce scénario aux nombreux rebondissements. La tension dramatique est présente à chaque page et pour survivre, les agents de Benton doivent faire preuve d’efficacité et de sang-froid. Marchand domine ce dernier tome ; amour, amitié et vengeance motivent toutes ses actions.

Voilà, c’est la fin de cette excellente série qui comblera les amateurs d’espionnage et d’Histoire. J’ai passé de bien belles heures en compagnie de Benton, Marchand, Helmut et la belle Brigitte mais toute bonne chose a une fin et je me résigne donc à refermer ce dernier tome en espérant que Tarek nous offre dans l’avenir une nouvelle série aussi passionnante et palpitante que celle-ci.