Gotico
de Rafael Ábalos

critiqué par Cecezi, le 3 janvier 2012
(Bourg-en-Bresse - 42 ans)


La note:  étoiles
Tout ça pour ça...
Comme l’annonce la 4ème de couverture, trois histoires sont racontées tour à tour, qui ne tardent pas à se mêler. Il y a l’histoire du vieil homme qui se retrouve plus ou moins amnésique dans un cachot médiéval. Celle de deux ados, Nicholas et Beth, membres d’une école virtuelle – en plus de leur établissement classique – qui se trouvent pris dans un jeu sur Internet ou fiction et réalité se mêlent. Et pour finir une enquête autour d’une neurologue, Katie Hart, retrouvée morte avec « Kôt » marqué au fer rouge sur la main… et sans cerveau !
L’histoire nous conduit d’un point à l’autre de Manhattan, d’interviews en caves secrètes, de la réalité à la science fiction, sur fond d’ésotérisme.
Si l’intrigue vue de loin tient à peu près, j’ai trouvé l’ensemble bien lourd et pas très bien écrit. On ne compte pas les formules à l’emporte-pièce, les incohérences psychologiques, les redites, les déductions flottantes. L’histoire est bien compliquée pour une fin ouverte assez décevante. Les dialogues sont souvent mal écrits et les descriptions attendues. Sans parler des métaphores ou comparaisons qui ne sortent pas des clichés rebattus. Les effets de suspense par anticipation placés systématiquement en fin de chapitre fatiguent par leur répétition. Certains passages sont longuets, quand d’autres s’enchaînent à toute allure, de façon un peu facile (la fin des aventures des ados, par exemple).
Je ne sais pas si une suite est prévue, mais je ne pense pas la lire.