La lampe d'Aladino : Et autres histoires pour vaincre l'oubli
de Luis Sepúlveda

critiqué par Carmen, le 18 mai 2011
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Petites nouvelles agréables à lire
Dans ces histoires emplies de nostalgie « pour vaincre l’oubli » et donc pour se souvenir, l’auteur chante l’amour, l’amitié, la générosité mais aussi la douleur et la mort. Il fait souvent référence à la littérature argentine ou chilienne et rend hommage à quelques poètes disparus. Il nous présente une galerie de personnages pittoresques et attachants qui nous attendrissent ou nous font sourire, l’humour n’est pas absent de ses souvenirs ! « L’histoire courte » m’a fait indéniablement penser à une chanson, à la Madeleine de Brel, et la vision de ce petit bonhomme qui attend en vain, son bouquet de fleurs à la main, est à la fois touchante et drôle. J’ai beaucoup aimé le dernier conte, j’y ai trouvé un peu de suspense et beaucoup d’humour ! Ce vieux bonhomme très malin, nanti d’une nombreuse famille, et son chien ne laissent pas indifférents ! Même en n’ayant qu’un aperçu de la littérature chilienne on aimera ce livre.