L'amour, encore
de Doris Lessing

critiqué par Carmen, le 18 mai 2011
( - 76 ans)


La note:  étoiles
ne histoire d'amour pas toujours palpitante
A soixante-cinq ans, Sarah en paraît facilement quinze de moins. Veuve à trente-cinq ans avec deux enfants jeunes, la vie n'a pas été toujours facile mais elle a fini par s'imposer à la fois comme Directrice de Théâtre et comme metteur en scène. Le nouveau spectacle qu'elle monte "Julie Vairon" constitue un véritable tournant dans sa vie. L'écrivain Stephen Ellington-Smith a écrit cette pièce à partir des journaux intimes de la véritable Julie qui vécut au siècle dernier et dont il est tombé fou amoureux. Au fur et à mesure que les répétitions avancent et que son amitié pour Stephen grandit, Sarah tombe amoureuse d'un jeune et bel acteur d'abord, du séduisant metteur en scène, ensuite.
L'amour encore, certes, encore et toujours entre les différents personnages du roman ou de ceux de la pièce qu'ils jouent, mais dans une atmosphère de mélancolie et de tristesse. Alors qu'ils apparaissent comme les membres d'une communauté tendus vers un but collectif, le succès de la pièce, en fait chacun se replie dans sa solitude. Ces personnages de 1989, sentimentaux à l'extrême me paraissent décalés par rapport à l'époque, on les croirait plutôt contemporains des grands romantiques du XIXème siècle, tels les héros de Jane Austen ou d'Emilie Brontée. Et c'est peut-être ce décalage qui ne m'a pas permis d'entrer complètement dans ce roman et de l'apprécier à sa juste valeur, je m'y suis parfois ennuyée...