Scorpion (Le), tome 09 : Le masque de la vérité
de Stephen Desberg (Scénario), Marini (Dessin)

critiqué par Nothingman, le 11 octobre 2010
(Marche-en- Famenne - 42 ans)


La note:  étoiles
L'intérêt de la série est relancé
Depuis dix ans, ce bretteur romanesque en diable nous entraîne dans sa quête d’identité: Armando porte un tatouage en forme de scorpion, qui lui a donné son surnom. Mais qui est son père, et pourquoi le Pape en poste, Trebaldi, son pire ennemi, en veut-il à ce point à sa vie?
Pour le Scorpion, c’est bientôt l’heure des révélations attendues de longue date : son véritable père n’est, semble-t-il, plus très loin… . On attendait de voir comment le scénariste allait boucler son récit. C'est avec impatience que le lecteur attendra la suite de cette passionnante saga. Car le suspense est une nouvelle fois relancé. Soit la fin est proche, soit on est reparti pour plusieurs volumes. Le prochain tome devrait nous en dire plus à ce sujet
Graphiquement, Enrico Marini prouve une nouvelle fois tout son talent. Costumes et décors témoignent d’une exactitude et le travail sur les couleurs est fabuleux.