La Vendetta
de Honoré de Balzac

critiqué par Js75, le 9 septembre 2010
( - 39 ans)


La note:  étoiles
3 étoiles!
La Vendetta est une longue nouvelle écrite par Honoré de Balzac. Le style de l'auteur, d'un niveau honorable, est classique, descriptif. Le scénario manque un peu d'épaisseur mais reste relativement prenant. Une nouvelle correcte, en somme, assez mineure dans l'oeuvre de Balzac.
Un petit chef d'oeuvre de la nouvelle balzacienne 9 étoiles

C’est le genre d’histoires qui nous confirme dans notre besoin de s’astreindre régulièrement à lire, car le but suprême de la lecture, selon moi, est d’y prendre plaisir et/ou s’en sentir enrichir dans le cœur, l’âme et l’esprit. Et « La Vendetta », tout court et classique qu’il soit procure ce genre de sentiment, qui nous satisfont et ne nous font pas regretter le temps qu’on a pris pour le lire (qui a été court, il est vrai). La tension avec laquelle cette histoire où une jeune fille aime un jeune garçon alors que leurs familles respectives sont sous le coup d’une vendetta réciproque, est racontée, d’une plume directe et subtile, lui vaut bien le superlatif de petit chef d’œuvre. On croit voir arriver de loin le dénouement probable de ce drame romantique en diable, mais la fin déjoue en partie notre pronostic.

Cédelor - Paris - 50 ans - 30 octobre 2020


Pardonner ! 9 étoiles

Balzac nous entraîne une fois encore dans le monde de la peinture.
La très jolie Ginevra suit des cours chez un artiste renommé. Elle y rencontre un soldat qui se terre dans les greniers. Rescapé des armées napoléoniennes en déroute il ne fait pas bon d'être partisan de l'ancien maître au bicorne.
Les deux jeunes gens sont pris de passion l'un pour l'autre.
Comme elle, il est d'origine corse et lorsqu'elle le présente à ses parents, son père reconnaît un membre d'une famille avec qui une terrible dispute avait généré une vendetta.
Savez vous ce qu'est une vendetta : le dictionnaire vous dira "Coutume, notamment corse, par laquelle les membres de deux familles ennemies poursuivent une vengeance réciproque jusqu'au meurtre".
La vraie définition est tout autre et c'est la mienne : l'impossibilité d'oublier !

Très beau texte, dur !

Lieu : Paris
Période de l’histoire: Vers 1815
Personnages
Bartholoméo di Piombo, vieux compatriote de Napoléon
Elisa, épouse de Bartholoméo
Ginevra di Piombo, leur fille
Luigi Porta, mari de Ginevra
Amélie Thirion, peintre rivale de Ginevra
Servin, maître en art de Ginevra
Mme Servin, épouse

Monocle - tournai - 62 ans - 25 août 2020


De l'orgueil familial 8 étoiles

Les Bourbon reviennent, lors de la seconde Restauration. Une famille corse, les De Piombo, reste fidèle à l'Empereur, en tout cas une partie d'entre elle. Les rivalités politiques enveniment les questions d'honneur familial, pour le pire ou le meilleur.
Cette nouvelle annonce les analyses sociologiques des romans de Balzac, dans les tourments de l'âme humaine, ses espoirs et noirceurs. Elle est à ce titre intéressante.

Veneziano - Paris - 44 ans - 15 avril 2020


La Vendetta 7 étoiles

S'il y a une chose que j'ai appris dernièrement à lire beaucoup de Balzac, c'est qu'il n'est pas du tout partisan des Happy Ending. D'une certaine façon, la vie est parfois comme ça. La vie, ce n'est pas un conte de fée à la Disney.

La Vendetta ne fait pas exception à cela. Ce que l'on voit ici c'est que le bonheur à un prix. C'est ce que l'on apprend du côté de la fille. Du côté du père, on apprends que l’orgueil a aussi un prix.

C'est un roman qui est très touchant mais qui souffre d'un défaut. Il est parfois trop prévisible

Ce roman fait partie des Scènes de la vie privée dans la Comédie Humaine.

Exarkun1979 - Montréal - 42 ans - 21 octobre 2011