Aux hommes tués deux fois
de André Sarcq

critiqué par Sahkti, le 5 juin 2010
(Genève - 48 ans)


La note:  étoiles
Les homosexuels tués par les nazis.
"Aux homosexuels massacrés par les nazis dans et hors des camps".

Cet ouvrage a été publié pour la première fois chez Actes sud en 1995 sous le titre "La guenille" et a depuis fait son -discret- petit bonhomme de chemin. Le revoici mis en lumière grâce aux Impressions Nouvelles, éditeur de plusieurs autres ouvrages d'André Sarcq. Un appareil critique soigneusement documenté accompagne le texte original.

"Aux hommes tués deux fois" est le témoignage fort et touchant de la déportation homosexuelle, de ce drame vécu par une population longtemps oubliée de tous. Si depuis quelques années, la négation de l'homosexualité et son exécution organisée ont trouvé leur place dans les livres de mémoire, il n'en demeure pas moins que pendant longtemps, le sujet est resté tu, pour ne pas dire tabou.
Dans ce magnifique et sombre poème, André Sarcq crie toute la douleur de ces hommes meurtris dans leur chair et dans leur conviction de vie.

"Et ne nous prie plus
Dieu
ne nous prie plus
Ne tourne plus vers nous ta prière
autistique
car nous sommes coulés dans le
non
encastrés dans l'a
privatif
de nom
de linceul
et de mémoire"
(page 15)

Double meurtre donc, des hommes tués deux fois, car à leur assassinat physique s'est juxtaposé un assassinat psychologique, le silence de la mémoire et l'interdiction de la commémoration. Heureusement, les choses changent mais il en aura fallu du temps et pas sûre que tout cela soit tout de même totalement accessible à tous.

Parce qu'il est des pans de l'Histoire qu'il ne faut pas oublier.