Mysteries, tome 1 : Seule contre la loi - Première partie
de Roger Seiter (Scénario), Vincent Wagner (Dessin)

critiqué par PPG, le 11 avril 2010
(Strasbourg - 47 ans)


La note:  étoiles
Première femme détective ?
Roger Seiter adapte ici librement le roman "Seule contre la loi" de Wilkie Collins, une histoire d'amour empruntant la forme d'un roman policier, ce qui est quasiment une première (mis à part Edgar Poe). Ce qui l'est assurément réside dans le fait que cette enquête soit menée par une femme. Cette dernière, Victoria Brinton, épouse Eustace Woodville à Londres durant l'automne 1875. Mais, trois jours après l'entame de leur voyage de noces, Victoria découvre que le nom de son mari, donc le sien depuis peu, n'est pas celui qu'elle croyait être jusque là. Il se nommerait Macallan. Quelle est donc cette mystification ? Se tournant vers son mari, elle pense pouvoir régler très rapidement ce quiproquo. Erreur, tout s'emballe, car le passé Eustace est entaché d'une affaire judiciaire sur laquelle plane encore un doute. Isolée, Victoria décide alors par amour pour son mari et parce qu'elle le croit innocent, de mener son enquête malgré les obstacles et les non-dits. En attendant, Eustace est parti, persuadé que leur amour n'est plus possible. Cette enquête est donc aussi une quête pour ne pas le perdre définitivement.
Scénario très intéressant et bien écrit, lequel est magnifiquement mis en valeur par les dessins et couleurs via le talent de Vincent Wagner. Cet auteur arrive magnifiquement à reconstituer l'époque victorienne. Le travail le plus impressionnant, des plus agréables à observer en détails, me semble être le soucis accordé aux dessins des vêtements des personnages : de toute beauté !
La lecture du deuxième et dernier tome, permettra de juger l'oeuvre sur l'ensemble ; pour l'instant c'est très bien parti ! Affaire à suivre donc...