L'ombre de ce que nous avons été
de Luis Sepúlveda

critiqué par CC.RIDER, le 24 février 2010
( - 64 ans)


La note:  étoiles
Rouges papys flingueurs
A Santiago du Chili, un vieil homme se promène dans une rue et reçoit sur la tête un tourne-disque lancé par un couple lors d'une scène de ménage un peu violente. Il tombe mort sur le coup. Il portait sur lui un révolver et était un ancien militant anarchiste qui allait rejoindre trois vieux compagnons qui devaient se retrouver dans un entrepôt discret après des années d'exil ou de vie clandestine. Ces hommes, tous sexagénaires, anciens maos, trotskos et autres tendances d'extrême gauche, devaient organiser leur tout dernier coup : récupérer une grosse somme d'argent détournée sous Pinochet et cachée par l'un des leurs.
Une histoire truculente de « rouges papys flingueurs » qui, bien que sachant qu'ils ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils ont été, sont restés fidèles à leurs rêves et à leurs idéaux de jeunesse et vont bénéficier d'une suite de coïncidences cocasses et inattendues. Le style de Sepulveda est facile à lire, mais sa manière de dévoiler son intrigue par petites touches impressionnistes demande un effort certain au lecteur lequel découvrira en arrière-plan certains aspects d'une histoire politique chilienne remplie de réalités peu ragoutantes. Un livre tendrement subversif heureusement doté d'une fin réconfortante en forme de pied de nez !
«  Alors, on tente le coup ? » 7 étoiles

Un roman que Luis Sepulveda dédie à ses compagnons de lutte « A mes camarades , ces hommes et ces femmes , qui sont tombés, se sont relevés, ont soigné leurs blessures, conservé leurs rires, sauvé la joie et continué à marcher »

Ils ont bien changé, les trois anciens activistes gauchistes, sortes de tontons flingueurs retirés des affaires, ils ont pris des cheveux blancs, se sont empâtés .
Ils se retrouvent, dans un entrepôt discret, après des années de d'activisme clandestin et d'exil, prêts à reprendre du service et ils attendent un quatrième homme « le Spécialiste » qui doit leur expliquer leur mission . Mais celui-ci, sur le chemin de leur rendez-vous, aura la malchance de recevoir sur la tête un e sorti brusquement d'une fenêtre et lancé par une épouse excédée lors d'une scène de ménage. Il en mourra, le pauvre...

Si le titre du roman connote la mélancolie, le regret d'un temps où nos héros d'hier combattaient toutes formes de dictature, son contenu n'engendre pas la mélancolie chez le lecteur !
Chaque chapitre fonctionne comme une scène de comédie avec situations cocasses, dialogues pleins d'humour et conclusion percutante.
Bien heureusement, car les propos des personnages qui alternent entre passé et présent, Chili et autres pays théâtres des interventions de l'activisme communiste international m'ont donné le vertige. Bien difficile de s'y retrouver pour qui n'a pas mis à jour ses connaissances géopolitiques.

Mais j'ai poursuivi ma lecture, un petit sourire au coin des lèvres , malgré les passages confus ou ceux qui faisaient référence aux atrocités commises lors des années noires de la dictature de Pinochet.

Alma - - - ans - 25 février 2022


Autour d'un bon poulet 8 étoiles

J'estime ce livre comme une agréable parenthèse à la liste de lecture que je m'étais faite.
Un réel bol d'air : écouter ces "anciens" se remémorer leur passé, leurs actes, les mésaventures rocambolesques qui leur sont arrivées, le tout sur un ton des plus loufoques, m'a beaucoup amusée.
Une histoire de mecs, en somme, quatre mecs qui se retrouvent pour faire un dernier coup ensemble, le plus communément possible, en dégustant des poulets (très importants, les poulets !), quoi de plus banal...
Il ressort de cette histoire beaucoup de nostalgie de la part de ces hommes, de ce qu'ils furent ou de ce qu'ils auraient pu être, si la vie ne les avait amenés, chacun, à vivre de drôles d'expériences.
La plus grande difficulté à mes yeux, les noms des protagonistes, ce qui mériterait une relecture afin de ne plus me mélanger les pinceaux !

Nathafi - SAINT-SOUPLET - 55 ans - 5 août 2015


Santiago sous la pluie 8 étoiles

L’auteur nous dresse le portrait de trois anciens militants de gauche qui se retrouvent dans un hangar de Santiago afin d'organiser leur dernier coup, et de discuter de leur passé, de leurs luttes, de l’exil, de la dictature sous Pinochet, un quatrième vient les rejoindre après une dispute conjugale, le tout avec une intrigue policière, menée par un vieil inspecteur et sa jeune collègue, sur un mort inconnu.
J’ai beaucoup apprécié l’humour dans ce roman, l’épopée des retrouvailles des vieux compères, tout comme celui de la scène de ménage, même si au début j’ai eu des quelques difficultés à situer les personnages, les références historiques et politiques sont importantes afin préciser cette époque. C’est un roman parfois hilarant, burlesque, et surtout il rend hommage aux révolutionnaires.
Pas facile de faire cette critique, le mieux étant de lire ce livre.

Dudule - Orléans - - ans - 18 mars 2010