Les Aigles de Rome - Livre II
de Marini

critiqué par Oguz77, le 9 février 2010
( - 45 ans)


La note:  étoiles
Entre passions et résignation
Marcus et Ermanamer sont devenus soldats au service De Rome. Mais rapidement, leurs parcours va connaître une scission. Marcus, éperdument amoureux d'une jeune femme va mettre sa carrière et sa vie en jeu pour elle. Ermanamer monte en grade et occupe un poste de responsabilité dans la légion, en Germania.

Petite baisse de régime dans ce second volet. L'histoire se fait un peu plus lente et la multiplication des références historiques, des personnages et des noms romains casse parfois la dynamique de l'histoire. Certes, un glossaire est présent en fin de tome afin d'éclairer les néophytes dont je suis, mais lire une BD en décodant le texte, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. Cela dit, les deux personnages centraux restent attachants et il n'est pas question de laisser cette histoire où elle en est. Après s'être résignée, la passion amoureuse de Marcus ressurgit sous la forme d'un appel au secours de la mère de sa bien-aimée. Il n'est d'autre destin pour celui-ci que de se rendre en Germania. La fin de ce deuxième tome promet donc des rebondissements à suivre et invite tout de même à la lecture du troisième tome.
MARCUS ET ARMINIUS 8 étoiles

Je ne reviens pas ici sur l’histoire des deux frères de sang qui vivent au commencement du premier millénaire, durant l’hégémonie de l’Empire Romain.

Ce deuxième volume qui est la suite chronologique exacte du premier, voit poindre le début de la rivalité définitive entre les des personnages principaux, Marcus Valerius Falco l’intellectuel, le poète d’une fidélité indéfectible envers Rome, mais prêt à tout sacrifier par amour, et son frère de sang Gaius Julius Arminus, le guerrier romain assoiffé de sang et d’honneurs mais en réalité prince d’origine Germaine.

Le découpage est toujours aussi classique, et un peu de variété ne dépareillerait pas cette BD, par contre je dois avouer que le dessin d’Enrico MARINI est toujours aussi beau et aussi fin.
Les visages sont toujours aussi bien dessinés, bien que je reste un peu sceptique sur le procédé qui consiste à couvrir le visage de Marcus de cicatrices pour montrer que les années ont passé et que le personnage a mûri et a beaucoup guerroyé…

Les couleurs toujours un peu trop vives, et tendant trop sur le rouge, mais toujours aussi belles, surtout les bleus et noirs qui apparaissent dans les rares scènes de nuit. Les décors semblent toujours un peu surfaits, mais toujours aussi bien faits. L’intérêt dans ce deuxième volume reste dans les personnages, tous forts biens développés, notamment du point de vue psychologique. On sent dans ce deuxième volume poindre la rivalité, qui se transformera sans doute en guerre, entre les deux frères, cela se voit déjà d’ailleurs déjà sur la couverture de la BD.
Pour le reste comme le premier volume c’est un « péplum » romain des plus classiques avec sa part de conspirations, de retournement de situations, de bagarres, de meurtres, de sexe, de guerre, de sang, d’amour, de disputes, d’honneur, etc etc…

Signalons toujours le glossaire en fin de volume qui nous explique les termes latins utilisés dans la BD, bien que je m’interroge sur l’utilité de ce procédé, on ne peut en nier l’intérêt pour la culture générale…

Ce deuxième volume se situe est bien dans la lignée et la continuité du premier, et sa lecture n’en est que plus intéressante…

Septularisen - Luxembourg - 55 ans - 2 février 2014


la révolte gronde... 8 étoiles

Nos deux amis ont grandi. Ils sont officiers dans les légions romaines et la guerre menace en Germanie... Il leur faut faire des choix qui ne sont pas toujours faciles et on sent poindre le moment où ils se retrouveront face à face... C'est vrai que ce deuxième tome est un peu moins soutenu que le premier, mais contrairement à oguz77, ce n'est pas pour me déplaire au contraire même... L'aspect plus historique, un regard un peu moins stéréotypé sur le monde romain tel qu'il était, je trouve que l'auteur s'est un peu amendé, comme le fait remarquer Veneziano il y a moins de violence gratuite et d’érotisme dans celui-ci... j'attends donc le troisième avec un peu d'impatience.

Patman - Paris - 60 ans - 22 août 2012


Baisse de régime 6 étoiles

L'action est moins vive, certes plus sentimentale ; les interdits sociaux et conservatismes sont bien montrés, mais tout cela traine en longueur. Les deux protagonistes, qui sont moins ensemble, ne peuvent plus faire autant jouer leur émulation mutuelle qui était la trame et l'apport du premier tome. Le ton est un peu moins violent et ouvertement érotique, néanmoins, que dans le premier tome.

Veneziano - Paris - 44 ans - 3 décembre 2011