La Forêt zèbre
de Tian Yuan

critiqué par Elya, le 6 septembre 2009
(Savoie - 32 ans)


La note:  étoiles
Initiation à la rêverie
Tian Yuan, l’écrivain, est une toute jeune chinoise. A la fin de son adolescence, à 17 ans, elle écrit ce conte philosophique qui témoigne pourtant d’un certain recul pris sur la vie. Elle prouve que la maturité, l’intelligence et les connaissances, la vivacité de l’esprit, n’ont pas d’âge pour s’exprimer, surtout à travers les mots.

Le début peut paraître peu clair. Les personnages s’appellent Mickey, Minnie et Ce, vivent dans une forêt appartenant à un monde différent du nôtre ; un monde où se retrouvent ceux qui rêvent d’autre chose . Mais très vite Tian Yuan fait passer ces personnages dans d’autres univers où ils se retrouvent mystérieusement liés.

L’écrivain mêle et démêle à merveille ce qui constitue la quête d’identité de l’enfance jusqu’à la mort, l’énigme de la vie, et la beauté de la prose.

Des mots simples empreints d’un puissant réalisme. La dernière phrase d'ailleurs parle de réalité. Riche et étonnant.