Coraline (BD)
de Neil Gaiman

critiqué par Sahkti, le 15 juin 2009
(Genève - 49 ans)


La note:  étoiles
Coraline en BD
Vu le succès du roman de Neil Gaiman, l'histoire de Coraline est connue de beaucoup. L'histoire d'une petite fille qui vit dans une étrange demeure; elle s'ennuie et part en exploration. C'est ainsi qu'elle découvre une porte mystérieuse qui la conduit dans un autre monde, en tous points semblable à celui qu'elle connait, avec d'autres parents qui veulent être les siens. La gamine prend rapidement peur et se sait investie d'une mission périlleuse: sauver ses véritables parents, prisonniers des chimères.

Craig Russell met en images les mots de Neil Gaiman, dans cet album de bande dessinée, traduit de l'anglais par Patrick Marcel.
L'ambiance y est sombre, étrange et envoûtante, assez conforme à l'atmosphère du roman de Gaiman. Coraline y apparait simplement un peu plus âgée que l'image que j'avais d'elle mais l'imagination, parfois...
La fausse mère de Coraline est particulièrement antipathique et rapidement, au fil des pages, le lecteur ressent l'opression qui peut être celle de Coraline dans cette immense demeure emplie de fantômes et de secrets. Le trait de l'auteur donne beaucoup d'expression aux personnages, qu'on a l'impression de voir bouger sous nos yeux.
Jouant sur les tons de noir, de gris et de brun, Craig Russell crée un univers particulier, magique et effrayant; un bel hommage à l'oeuvre originale me semble-t-il, dans une édition de belle qualité au Diable Vauvert. Amateurs de Coraline... à ne pas rater !
Une bonne atmosphère inquiétante 8 étoiles

C’est une adaptation en bande dessinée du roman de Neil Gaiman. C’est l’histoire de la jeune Coraline qui s’ennuie découvre une porte qui la mène dans un monde très semblable au sien, à quelques « détails » près....

J’ai pris plus de plaisir à lire cette bande dessinée que le roman ! Le dessinateur a vraiment su créer sa propre atmosphère, une atmosphère différente du livre et de l’adaptation cinématographique d’Henry Selick (film d’animation image par image en 2009). Cependant peut-être qu’à cause du film, je voyais Coraline plus jeune, mais peut-être que ça permet de plus s’identifier au personnage ? En tout cas, c’est bien fait et « l’autre mère » dessinée par Russell a vraiment quelque chose d’effrayant. J’ai trouvé les dessins intéressants, avec de bons jeux de lumières et esthétiquement inattendus. Je recommande l’album à ceux qui aiment les bandes dessinées et ce genre d’histoire à la Alice au pays des merveilles. Pour moi, c’était meilleur que le roman, j’accroche moyennement à Neil Gaiman d’habitude.

Nance - - - ans - 30 avril 2012