La fille du fossoyeur
de Joyce Carol Oates

critiqué par Dudule, le 21 mars 2009
(Orléans - - ans)


La note:  étoiles
Un être en fuite
Une jeune fille malmenée par la vie, Rebecca Schwart, fille d’émigrants juifs qui ont quitté l’Allemagne nazie pour l’Amérique, Rebecca est née sur le bateau les emmenant à New York. Nous découvrons la vie de Rebecca par bribes de l’enfance jusqu’à l’aube de sa vie, nous comprenons ses angoisses, ses craintes, sa fuite pour échapper à ceux qu’ils aiment, à la mort, à son passé, mais surtout à elle même, avec ses changements d’identité, la misère, le bonheur, l’amour, le tout sur fond historique, pas facile de trouver sa place dans l’Amérique de l’après-guerre, d’être une femme, la fille du fossoyeur, être confrontée au racisme, d’être humiliée.

L’auteur trouve les mots pour transmettre toutes ses sensations, ses émotions, le style est un peu brut mais c’est un roman très humain, un beau roman à découvrir, un livre attachant, pour moi une belle découverte car je n’avais jamais lu cet auteur.
Propos dense, écriture intense... 10 étoiles

La densité du propos, l’intensité tout au long de l’écriture, viennent rapidement à bout de la résistance émotionnelle du lecteur, ce roman n’est pas une lecture facile, ni rapide...
De façon tout à fait inattendue, l’histoire se transforme en un épilogue épistolaire de vingt-cinq pages que j’ai lues en pleurant, une coda des plus bouleversante et des plus émouvante que j’aie jamais lue; on retrouve à la fin de l’édition américaine originale, la transcription d’une entrevue accordée par Joyce Carol Oates dans laquelle elle extrapole sur certains faits saillants de cette œuvre, par exemple sur l’épilogue : « Les lettres à la fin du roman, en dépit du fait de les avoir écrites moi-même, me tirent des larmes à chaque fois, même suite à plusieurs lectures…»
Je suis une grande admiratrice de cette auteure, j’avais déjà lu deux de ses oeuvres et pour moi le plaisir de lecture ne fait que s’intensifier à chaque expérience; Joyce Carol Oates maîtrise son art à la perfection, elle entraîne le lecteur à sa suite sans aucune défaillance dès les premières lignes, pour notre plus grand bonheur! J’ai adoré cette lecture!

FranBlan - Montréal, Québec - 80 ans - 1 octobre 2011


ah Oates ! 8 étoiles

Eh bien c'est ainsi ; l'écriture de Oates est une écriture hystérique et donc elle a le charme , la séduction, la trouvaille qui sait vous capter, vous émouvoir, l'intelligence aussi, et l'intuition percutante. Le revers de l'hystérie c'est la mise en scène, c'est "l'hitrionisme", c'est ce terrible travers d'en faire (d'en dire) toujours trop, et de se perdre dans l'enflure et le vertige narcissique (la marque stylistique de cette petite folie c'est le style indirect libre torrentiel)." La fille du fossoyeur" n'échappe pas à tout ça mais c'est un des meilleurs, tout de suite après "les chutes" et les trois cents premières pages de "blonde"

Phineus - Bordeaux - 85 ans - 6 décembre 2010


Une envie de s'en sortir qui donne des frissons 9 étoiles

J'ai adoré. Comment cette femme choisit de ne penser qu'à survivre, et donner toute la préférence à son fils. Joyce Carol Oates arrive même à nous faire sentir la souffrance du père, dont la tyrannie n'est que le reflet de son désir de punition.

C'est violent, mais il y a un tel désir de vie ... et la fin est poignante...

Paia - - 74 ans - 10 juin 2009


Les démons enterrés 7 étoiles

1936. Une famille de juifs allemands fuit l’Allemagne nazie, les persécutions et échappe, tant qu’il est encore temps, à cette opération génocidaire que nous connaissons.

A 4, un couple et deux garçons embarquent et après une traversée où la promiscuité se mêle à la peur, ils débarquent à 5, l’héroïne Rebecca Schwart nait dans le port de New York et grandira, américaine sans l’être vraiment, au milieu des hostilités qui donnent à l’Amérique des années 30 un visage bien différent de l’Eldorado imaginé.

Grandir dans une petite ville du Nord-Est américain dans une famille déracinée, déboussolée, ayant trouvé refuge dans une petite maison de pierre sans confort, réservée au fossoyeur… ne sera pas simple.

Sans amour, proche de la haine, ce déracinement et cet isolement vis à vis des Américains qui forcément « nous veulent du mal » confine la famille à la paranoïa, à la violence qui fatalement finira mal mais permettra aussi à Rebecca de suivre un chemin, semé d’embûches mais aussi de joies, de vrais bonheurs, mais perpétuellement matiné d’angoisses qui l’entraîneront sur les routes de la négation de soi et de ses origines.

Cette fille du fossoyeur est un roman de Joyce Carol Oates où l’on sent une forte part de soi. Il inquiète, il rassure, il nous ressemble. Il encourage et désespère. Il est une leçon de vie qui nous condamne à la fois à l’imperfection et à l’espérance.

Monito - - 50 ans - 31 mars 2009