Cycle des Robots (Le) : Les Robots et l'Empire
de Isaac Asimov

critiqué par Loic3544, le 21 février 2009
(Liffré (35) - 44 ans)


La note:  étoiles
Le meilleur des robots
Reprenant la suite des Robots de l'aube mais 200 ans plus tard, Asimov laisse donc son héros Elijah Baley pour se concentrer sur les robots Daneel Olivaw et Giskard Reventlov.

L'Histoire est en marche et, durant ces 200 ans, tout s'est passé comme le souhaitait Falstolfe, sauf que les Spatiens n'arrivent pas à quitter leurs planètes. Mais aujourd'hui, Falstofe est mort et ses adversaires politique veulent freiner l'expansion terrienne à travers la Galaxie. Posant les bases de Fondation, Asimov nous entraine dans une belle aventure pleine de suspense, laissant tomber le prétexte "policier" des précédents romans. Prenant en compte le contexte politique de son univers, on suit avec appréhension les pérégrinations de nos deux robots, accompagnés de la belle Gladia.

Le choc des civilisations est toujours présent, mais là encore, après 3 romans sur le sujet, on est content que Asimov le traite moins profondément. Le seul "problème" est cette indépendance prise par les robots qui se détache de leurs maitres humains, mettant à mal le carcan des 3 lois posé par Asimov. On a parfois l'impression que Asimov a essayé de trouver une solution qui n'est pas totalement satisfaisante, mais presque nécessaire. Mais malgré tout, on suit ces aventures avec beaucoup de plaisir, le livre est difficile à poser, et malgré quelques "facilités" il faut reconnaitre que Asimov "relie" ses deux cycles (Robots et Fondation) avec beaucoup d'imagination.

Malgré quelques défauts, ce roman reste le meilleur de la série des robots.
Euh...oui, mais... 7 étoiles

Bon, je vais être franc, c'est, des six tomes, celui qui m'a le moins branché (idem que pour l'autre grande saga d'Asimov, "Fondation", dont le dernier tome est selon moi le moins bon). "Les Robots Et L'Empire" est toutefois vraiment bon, mais ce roman, le plus épais du cycle (565 pages en poche), ne m'a pas autant branché que, disons, le précédent, ou surtout, "Les Cavernes D'Acier", pour moi le meilleur du cycle, clairement (et le tome 5 juste derrière).
Ceci dit, on prend plaisir à le lire, et à retrouver Daneel Olivaw (et Giskard), dans cette histoire se passant quelques 200 ans après le tome 5, et comportant quelques flash-backs, comme au début, histoire de bien recentrer le propos. Bref, pas mal du tout, mais, bon, c'est celui que j'aime le moins dans le cycle.

Bookivore - MENUCOURT - 39 ans - 20 avril 2014