Malhorne, tome 4 : La Matière des songes
de Jérôme Camut

critiqué par Loic3544, le 9 septembre 2008
(Liffré (35) - 44 ans)


La note:  étoiles
Une conclusion à la hauteur de la tétralogie
Ce 4° tome met fin à cette énorme tétralogie. Comme d'habitude, Camut nous emmène sur les chapeaux de roues, ne nous laissant pas souffler. De nouveaux personnages font leur apparition, ce qui amène du sang neuf mais restent aussi la faiblesse de ce volume, la plupart n'étant pas réellement utiles. Relativement philosophique par moment, nous révélant tous les secrets et répondant à nos dernières questions en maintenant un suspense quasi-permanent, cet ultime volume est une réussite, même si le coté thriller prend parfois un peu trop le dessus sur le reste (onirique, personnages...). Mais l'auteur continue à nous faire réfléchir, à la fois sur son monde et sur le nôtre, continuant à appuyer sur les problèmes écologiques, religieux, etc...

Au travers de cette tétralogie, Camut nous a fait découvrir un univers entier en partant pourtant de pas grand chose et en nous tenant par la main pour nous montrer quelque chose d'énorme. L'ensemble est une réussite, il n'y a quasiment aucun temps mort sur les 2000 pages de l'histoire et on se laisse porter par tout cela. Une histoire prenante, palpitante que je conseille à tous et à toutes tellement Camut traite de sujets différents dans ce livre. A lire absolument !

Pour la note, j'ai hésité, ce volume ne mérite peut-être pas la note maximale, mais l'ensemble est trop bien foutu pour ne pas donner un 5/5 à ce livre hors-norme.
On finit sur une bonne note 7 étoiles

Quatrième et dernier tome de la tétralogie Malhorne, voici la fin de ce thriller historico-mystique, écrit à l’anglo-saxonne mais bien de chez nous au demeurant. Enfin le dénouement de cette grande fresque multiforme mettant en scène la compétition millénaire entre Sapiens et Néanderthal sur fond de bons sentiments environnementalistes. Les personnages de la saga vont avoir la possibilité de faire table rase de la civilisation décadente et de prendre un nouveau départ sur une Terre vierge.
Après deux tomes médiocres, l’auteur se retrousse les manches et pond un roman digne des ambitions affichées. On retrouve une intrigue intéressante et des personnages à la hauteur d’un dernier acte. Je garde les réserves sur l’écriture un peu gauche et le gloubi-goulba humanisto-moralisateur infligé sur des milliers de pages.

Belial - Anvers - 43 ans - 29 décembre 2013


La fin des mondes 10 étoiles

Comme on l'avait deviné dans Malhorne, Tome 3 : Anasdahala, le plan de conquête de tous les mondes de Gursk se met en place, et Ilis dont la grossesse s'accélère semble bien en peine de l'arrêter. Bien que les choses deviennent très compliquées sur sa terre d'origine, Franklin essaye de recruter quelques auditeurs de Nemo pour recréer une société meilleure dans son nouveau monde. Mais qui peut vraiment réussir à contrarier les plans du Généralissime ?

Fin d'une trilogie devenue tétralogie en cours d'écriture, on retrouve une nouvelle fois ce mélange de science-fiction, de guerre, de plaidoyer écologique et de rêve qui a fait le charme des précédents. Et avec ses nombreux rebondissement, on tremble jusqu'au bout pour Franklin et ses amis.

Au final, très bonne conclusion d'une série passionnante qui malgré quelques longueurs mélange les genres avec beaucoup de qualité.

Frankgth - - 52 ans - 3 août 2010