Les enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt, tome 13 : Le crucifié de Farriers' Lane
de Anne Perry

critiqué par Dirlandaise, le 31 juillet 2008
(Québec - 67 ans)


La note:  étoiles
Justice anglaise et haine des Juifs.
Pendant une représentation théatrale, le juge Stafford éprouve un malaise et décède quelques instants plus tard. Comme par hasard, Thomas Pitt et sa femme Charlotte sont assis dans une loge presque voisine de celle du juge et de sa femme. Se rendant compte que quelque chose de grave vient de se produire, Thomas prend les choses en main et Charlotte réconforte tant bien que mal Mrs Stafford. L'enquête sur cette mort est confiée à Thomas bien entendu et il découvre que le juge n'est pas mort de mort naturelle comme tout le monde le croyait mais qu'il a bel et bien été assassiné. Le contenu de sa flasque de whisky est analysé et on y découvre une quantité impressionnante d'opium liquide, assez pour foudroyer un homme en quelques minutes.

Mais qui a tué le juge Stafford et pour quelle raison. Thomas Pitt mène l'enquête, aidé cette fois de Charlotte, de Caroline Ellison la mère de Charlotte et surtout de Gracie, la servante de la famille Pitt qui découvrira un fait capital de l'enquête qui amènera l'arrestation d'un meurtrier d'une affaire vieille de cinq ans dont le juge Stafford s'était vu confier la responsabilité et dont tout le monde se souvient comme de l'affaire du crucifié de Farrier's Lane.

On assistera aussi à la fin de carrière de Micah Drummond, le patron de Pitt, qui n'écoutera que son coeur et fera une demande en mariage tout ce qu'il y a de touchante.

Amour, trahison, jalousie, haine des Juifs et fiabilité de la justice anglaise sont les thèmes majeurs de cette histoire tortueuse de meurtres pour le moins surprenante. J'ai été captivée par ce récit malgré quelques longueurs que je pardonne volontiers à Anne Perry dont j'ai toujours apprécié les livres de cette série victorienne dont celui-ci constitue le treizième tome. J'ai déjà hâte de lire le prochain !
Quand les repères de la justice vacillent 8 étoiles

Je rejoins totalement l'avis positif de Dirlandaise à propos de cette enquête de Thomas et Charlotte Pitt.
A partir du milieu du récit, j'ai pensé au coupable comme étant bien la personne à rechercher mais voilà, il manquait trop d'éléments pour réellement asseoir cette conviction et c'est plutôt astucieux de la part de Anne Perry puisque dans ce récit, il est justement question d'un homme accusé sur base d'éléments peu convaincants et de la pression politico-publique. L'erreur judiciaire est possible et il ne suffit pas de fortement croire à quelque chose pour que cela soit vrai.
A souligner vers la fin du récit un clin d'oeil à Oscar Wilde dont la présence peut paraître incongrue dans cette histoire, mais cela fait aussi partie du charme de cette série et des nombreux détails historiques qu'on peut y trouver.
Un vrai moment de plaisir et de détente!

Sahkti - Genève - 48 ans - 28 août 2008