Malhorne, tome 2 : Les Eaux d'Aratta
de Jérôme Camut

critiqué par Arval, le 17 juin 2008
(Papeete - 54 ans)


La note:  étoiles
Très bien
Il s'appelait Malhorne. Il avait vécu plusieurs vies à travers l'histoire et s'était décidé à les révéler au monde pour essayer de déchiffrer sa propre énigme... avant de mettre fin à ses jours. Pourtant, il n'a pas disparu. Il s'est réincarné dans une petite fille, que l'ethnologue Franklin, Tara et les compagnons de Malhorne ont soustraite aux griffes de l'avide Craig et de sa Fondation Prométhée. Ils sont réfugiés en Amazonie, où l'enfant retrouve peu à peu la mémoire d'avant sa naissance. C'est alors que leur village est sauvagement massacré. Perte irréparable entre toutes, celle de la petite fille. Franklin se retire du monde. Mais, avant de mourir, l'enfant avait prononcé un premier mot mystérieux : " Aratta ", qui hantait les rêves de Franklin. Et voilà qu'un groupe d'archéologues met au jour une nécropole sumérienne où ce nom apparaît...
Bon déjà le premier je l'ai bien apprécié, alors là, la suite est franchement très bien. Je plongerais dans le troisième tome avec plaisir quand le moment viendra. Je n'ai plus qu'une chose à dire : à lire.
Un pont trop loin ? 5 étoiles

Après un premier tome convaincant, le second roman de la tétralogie Malhorne semble se perdre en chemin. On avait pourtant tous les éléments d’un très bon triller historico-ésotérique puisque le premier de la série nous avait délicieusement perdus dans les méandres de l’Histoire grâce à une intrigue intelligente, des personnages forts et un gros travail de documentation.

Il semble malheureusement que l’essence de l’œuvre se soit évaporée dans Les Eaux d’Aratta. Avec un bond de 20 ans dans le futur la série gagne une tonalité SF intéressante mais à mon avis assez mal exploitée, le revers de la médaille étant que l’atmosphère mystérieuse propre aux thrillers ésotériques (ruines, vieux grimoires, mystères de l’Histoire) se dilue largement dans ce second tome. Rajoutez les facilités utilisées par la plupart des auteurs de thrillers (dialogues simples à foison, personnages secondaires sans épaisseur et peu utiles) et vous obtenez une petite déception.

Belial - Anvers - 43 ans - 8 septembre 2013


Plus speed, moins original, mais toujours très bon 8 étoiles

Cette suite de Malhorne commence par un prologue qui aurait pu être la fin du volume précédent avant de faire un bond de 16 ans en avant. Faisant apparaitre de nouveaux personnages, l'auteur nous fait de nombreuses révélations qui avaient à peine été effleurées lors du premier volume. Clairement, ce second opus se dirige plus vers le thriller, avec de nombreuses course-poursuites et de nouveaux personnages. Ce volume va beaucoup plus vite que le précédent et est très différent maintenant que l'on connait bien Malhorne. L'apparition d'Ilis entraine aussi une "dilution" de la notion de héros. On suit une multitude de personnages, on s'attache à certains, mais aucun n'est vraiment le héros. On suit donc, de nombreux personnages à travers le monde, on les perd de vue, on les retrouve, tout ça donne un ensemble dynamique et agréable, parfois légèrement confus, mais le lecteur n'est jamais perdu.
Clairement, j'ai envie de connaitre la suite des aventures de ces personnages.

Loic3544 - Liffré (35) - 44 ans - 15 juillet 2008