Spirou et Fantasio, tome 17 : Spirou et les hommes-bulles
de André Franquin (Dessin), Roba (Scénario et dessin)

critiqué par Bookivore, le 18 mai 2008
(MENUCOURT - 39 ans)


La note:  étoiles
Quatre mains pour un chef d'oeuvre
Sorte de suite du "Repaire de la Murène", car on y cause toujours de l'épave du 'Discret' et du fameux trésor qui s'y cache. On y retrouve aussi John Héléna, alias la Murène.
Spirou, Fantasio et le comte de Champignac se relancent sur la piste du trésor caché au fond de l'épave enfouie à 200 mètres de profondeur. La raison ? Contrecarrer John Héléna, évadé de prison, qui n'a qu'une idée en tête : retrouver le trésor...
Sur place, non loin du Cap Rose (lieu de l'échouement du 'Discret'), le trio fera la connaissance d'Herbert d'Oups, un riche homme détestant le bruit, et vouant une affection sans bornes à la mer.
Spirou, tout en recherchant en vitesse le trésor, fera la connaissance des hommes-bulles. John Héléna aussi, d'ailleurs...

On sent bien la patte de Roba ("Boule & Bill") dans cette aventure, ainsi que dans "Les petits formats" (la seconde aventure de l'album, une histoire de photographe réduisant ses modèles). Par exemple, Herbert d'Oups est dessiné, ça se voit, par Roba. En somme, cet album a été conçu à quatre mains.
Si je ne donne pas la note maximale à "Spirou et les hommes-bulles", c'est à cause de la brièveté de l'histoire : 32 pages seulement (30 pages, donc, pour "Les petits formats"). En dehors de sa brièveté, cette histoire est tout simplement majestueuse, sans doute une des plus belles (la fin est sublime, enchanteresse) de la série.
Un vrai joyau oublié (l'album n'est pas le plus connu, hélas) !