Marilyn : La dernière déesse
de Jerome Charyn

critiqué par Veneziano, le 18 mai 2008
(Paris - 44 ans)


La note:  étoiles
Hollywood Stories
Ce livre rappelle la série documentaire Hollywood Stories. Il est joli, agréable à lire, bien que la présentation soit un peu saturée et touffue, ce qui est l’inconvénient de la collection. Il retrace l'essentiel, sans plus, et apporte, à la fin, un dossier documentaire, composé d'articles de presse et de textes d'époque. Il est, en effet, intéressant, d'avoir les points de vue de l'époque.
Il y a pas mal de citations et de références, un peu trop.
Les photographies sont nombreuses, ce qui rend l'ouvrage plaisant, presque à la manière d'un hebdo people.

L'ensemble est pas mal et donne une impression agréable, bien qu'assez confuse.
Marilyn. La Marilyn. 6 étoiles

Surpris que Jerome Charyn trempe dans ce genre d’ouvrage, de biographie, interprétée certes mais quand même essentiellement factuelle, et avec des photos de la « dernière déesse », certaines étant devenues de véritables icônes.
L’ouvrage lui-même fait beaucoup penser à certains guides, de voyage, de je ne sais plus quelle collection, avec aussi beaucoup de factuel.
En six chapitres, Jerome Charyn essaie faire le tour de la question Marilyn Monroe. Pour autant qu’il y ait une question ! Il y a en fait plutôt un être complexe, porté à l’incandescence par une notoriété et un succès qu’on peine à imaginer maintenant. Et probablement que n’importe qui se cramerait les ailes confronté à une telle notoriété et un tel succès ?
Et Marilyn Monroe n’était pas un monstre d’équilibre et ne disposait visiblement pas de nerfs d’acier. C’est ce que tend à mettre en évidence Jerome Charyn dans un travail tout en nuances. Le travail et les spéculations sur l’humain ne sont pas les choses les plus aisées. Cela dit, si quelqu’un est qualifié pour un tel ouvrage, c’est effectivement lui avec sa connaissance profonde de l’Amérique dans sa profondeur historique (ah « Johnny Bel-Œil » !) comme dans son absence d’aveuglement sur la réalité américaine (à l’instar d’un Gore Vidal, nullement dupe des compromissions de l’autoproclamée « reine du « Monde Libre » »).
Alors Marilyn avec ses amants, ses maris successifs. Ses gloires, ses défaites du petit matin, jusqu’à la fin tragique. Tout est là dans cet ouvrage fort documenté, avec en exergue des « témoignages et documents ». Tout comme dans le guide de voyage auquel je faisais allusion plus haut, on trouve en exergue les renseignements pratiques et chiffrés du pays concerné !

Tistou - - 66 ans - 14 février 2014