L'écrivain et la vie (et autres essais)
de Virginia Woolf

critiqué par Sahkti, le 19 avril 2008
(Genève - 48 ans)


La note:  étoiles
Le regard de V.W. sur la littérature
Ecrivain, lecteur et critique littéraire peuvent parfois ne faire qu'un. Ce fut le cas de Virginia Woolf, qui s'interrogea à de nombreuses reprises sur la cohabitation entre ces statuts. Pas impossible, bien sûr, mais délicat tout de même; c'est ce qui transparaît des réflexions compilées dans ce recueil.
Comment prendre suffisamment de recul pour apprécier un texte quand son métier d'auteur tente de reprendre le dessus? Comment critiquer le plus objectivement possible, même si cela paraît impossible?
Virginia Woolf pose un regard intéressant et enrichissant sur cette démarche. Elle n'hésite pas à se questionner, se remettre en question, trouver des solutions et les mettre en pratique.
J'apprécie de pouvoir cerner autrement son personnage, avec cette facette développée de sa personnalité et le regard qu'elle pose sur l'art littéraire.
Virginia Woolf écrit, elle connaît également très bien bon nombre d'auteurs, leur sensibilité, leurs qualités et leurs défauts. Elle évoque ce rapport à l'écriture mais aussi celui à la lecture, plaisir sensuel, presque charnel. On la devine complètement immergée par le sujet qui lui tient profondément à coeur.

"Pour perdurer, chaque phrase doit receler, en son tréfonds, une petite étincelle de feu que le romancier, en dépit du danger, doit à mains nues extraire du brasier. Partant, sa situation est précaire. Il doit s’exposer à la vie ; il doit courir le risque d’être entraîné au loin et trompé par sa duplicité ; il doit s’emparer de ses trésors et ne pas tenir compte du rebut. Mais à un moment donné il lui faut quitter la compagnie et se retirer, seul, dans cette pièce mystérieuse où son corps s’affermit et atteint à la permanence par le biais de processus qui, s’ils échappent au critique, exercent pourtant sur lui une si profonde fascination. (Virginia Woolf)"