Doggy Bag, saison 4
de Philippe Djian

critiqué par Jules, le 17 juillet 2007
(Bruxelles - 78 ans)


La note:  étoiles
Le feuilleton avance
Nous voici à la saison quatre de ce feuilleton littéraire que Djian a voulu nous écrire comme ils nous sont aujourd’hui présentés à la télévision.

Après une tentative de suicide ratée, le père de Marc et David vit toujours chez sa femme qu’il a abandonnée des années plus tôt et qui est loin de lui pardonner. Il est à nouveau amoureux d’elle et ne pense qu’à le reconquérir.

David, qui vient d’épouser la superbe Josiane, parce qu’elle est enceinte, découvre qu’en réalité il n’en est rien. La pilule est un peu amère, mais elle passe.

Quant à son frère Marc, celui-ci vit le grand amour avec la belle Judith mais elle lui fait comprendre que son obsession du sexe se met à dépasser les bornes du possible. Il lui faut un minimum de cinq rapports par jours et il y ajoute encore deux ou trois masturbations…

Elle le convainc d’aller se faire soigner dans une association des « sexoliques A » Il finit par y aller mais il ne peut s’empêcher d’y regarder une jeune mulâtre, très sexy en plus. Comme il le pense très justement tous les présents sont « sexoliques », alors elle se laissera bien prendre…

Voilà que débarque Paul, leur ancien ami, qui a épousé à l’époque Judith enceinte de Marc.

Quant à Sonia, la fille de Marc, elle vit avec un infirme qu’elle doit soigner comme un bébé, car elle s’estime partiellement responsable de l’accident qui lui est arrivé.

Bref, nous irons de rebondissements en rebondissements, comme dans les autres volumes.

Djian ne nous donne pas ici une œuvre littéraire impérissable, mais il nous décrit ce que peut être la vie quotidienne d’une famille compliquée dans un milieu donné.
Un quatrième épisode dans la continuité 7 étoiles

Toujours aussi efficace, cette quatrième saison de Doggy Bag tient ses promesses. Des personnages toujours aussi singuliers, des péripéties, pas des moindres d'ailleurs, une pincée d'action, voilà pour la recette du feuilleton littéraire concocté par P. Djian.
Il est tout de même utile de préciser pour le lecteur non averti qu'il faudra avoir pris dès le départ cette « série » pour l'apprécier convenablement.
La parfaite lecture de détente sans prise de tête.

Sundernono - Nice - 38 ans - 2 mars 2020


UN SOAP JUBILATOIREMENT DEJANTE 8 étoiles

Après avoir lu les trois premières saisons il y a quelques années je lis actuellement la suite et c'est toujours autant jubilatoire ! L'un des fameux frères Sollens tente sans y parvenir de se tenir aux douze étapes d'un programme pour sexoliques (on se croirait chez « Chuck » Palahniuk) Leur père tente maladroitement de se racheter une conduite en faisant de nouveau la cour à sa femme, renouant avec une religion qu'elle vénère... Et je ne dévoilerai pas ce qui arrive à l'autre frère, David, mais c'est ENORME... si vous ne connaissez pas Djian c'est une intéressante porte d'entrée vers son univers... le dernier aussi : Oh... est dans cette veine "critique de la bourgeoisie et de ses petites perversions cachées"...

Rebelio - - 44 ans - 1 février 2013


j'abandonne... 1 étoiles

Trop c'est trop, je n'aime pas le style d'écriture, les personnages deviennent de plus en plus noirs et l'histoire s'enfonce. Stop, je ne lirai pas les suivants.

Campanule - Orp-Le-Grand - 60 ans - 27 mai 2009