Au diable vauvert
de Evgueni Ivanovitch Zamiatine

critiqué par Sahkti, le 20 février 2007
(Genève - 48 ans)


La note:  étoiles
Errances russes
Rédigé en 1914, ce texte pré-révolutionnaire propose une vision sans compromis d'un monde frôlant de très près le totalitarisme; il dénonce également les errances étatiques. Pas étonnant, dès lors, que ce texte ait été interdit par le régime tsariste et ait valu l'isolement en Carélie à Evgueni Zamiatine.
Dans "Au diable vauvert", le lecteur fait la connaissance d'une garnison perdue à l'est de la Russie, dans une région oubliée de tous, accessible seulement par la mer, où le désespoir côtoie l'ennui. De quoi fournir à chacun un bon prétexte pour boire, se livrer au jeu ou radoter à longueur de journée. Parmi les protagonistes, Andreï Ivanovitch, qui découvre cet univers et, malgré une certaine résistance, finit par se faire engloutir par cet ennui humain puissance dix.
Un récit sombre avec des aspects de farce, tant dans la description des personnages haut en couleurs qui forment cette communauté désoeuvrée et hétéroclite, que dans l'évocation d'une société atteinte de diverses maladies politiques dégradantes. Le désespoir se marie avec le rire, il y a du Gogol derrière tout cela. Zamiatine jongle avec les mots, en isole certains pour en faire ressortir toute l'absurdité. Sommes-nous dans la folie? en plein enfer? Sans doute un peu des deux. C'est jouissif et caustique, plein de bon sens et d'un sens lucide de l'observation. Un pays qui va à vau-l'eau, Zamiatine était un visionnaire, aucune doute là-dessus.
"Le désert des Tartares" version russo-gogolienne! 10 étoiles

Une très belle lecture encore d'un livre réédité chez Verdier (qui nous régale toujours de vrais trésors!) écrit dans un style alerte, imagé, mêlant langage parlé et écriture plus classique voire poétique parfois et qu'on ne peut "lâcher" tant l'histoire et les histoires individuelles de chacun des personnages sont tout à la fois surprenantes et désespérantes, menant les uns et les autres à des pensées, des actes extrêmes, jusqu’à la folie dans cette solitude de l'exil.

Un huis clos d'ambiance très russe fort bien conduit par Zamiatine dont le style est on ne peut plus "moderne"!

Si vous aimez Gogol, vous ne pourrez qu’apprécier grandement ce livre!

Un ravissement de lecture malgré le tragique du récit.

Provisette1 - - 9 ans - 3 avril 2014