Le monde sans les enfants
de Philippe Claudel, Pierre Koppe (Illustration)

critiqué par Alma, le 24 novembre 2006
( - - ans)


La note:  étoiles
Des histoires du monde des enfants d'aujourd'hui
Un ouvrage composé de 20 histoires pour les adultes, à destination d'enfants , écrites dans le langage d'aujourd'hui, souvent baignées de poésie et ancrées dans la réalité parfois pénible du quotidien des enfants .
Des textes souvent pleins d'émotion, mais d'une émotion contenue face à des situations difficiles, comme celui du monologue de la petite fille à la bulle,en hôpital ou celui de la fillette du tiers monde qui trie les ordures dans les décharges et rêve d'un monde de douceur .
Des récits aussi qui font appel à la tolérance, face à des enfants qui se sentent différents, mal dans leur peau et qui finalement s'acceptent ou sont acceptés .
Mais en même temps, des textes pleins d'humour, et dans lesquels les adultes en prennent pour leur grade, comme celui qui présente la famille de Léon qui passe son temps devant le poste de télévision .
Des textes à l'usage des parents et grands-parents qui leur permettront de ne pas se trouver dans la situation ridicule du grand-père (évoqué dès le début de l'ouvrage) qui raconte des histoires dont aucun enfant ne veut
Contes pour grands ou petits enfants 8 étoiles

Philippe Claudel s'adresse aux parents qui n'ont pas oublié qu'ils ont un jour été des enfants. En leur racontant de courtes histoires.
Certaines sont incorrectes comme celle de la petite fille qui renvoie une fée incompétente, lui conseillant un stage de remise à niveau ou de devenir une tueuse ou bien celle des enfants reprochant à leur grand-père de ne pas savoir raconter des histoires: « - Allez Pépé, sois gentil, laisse-nous tranquilles, ne fais pas d'histoires... »

D'autres nous parlent de rencontres comme celle du petit voisin Wahid qui habite juste à côté dans une ville qui s'appelle Bagdad, la ville des contes, ou l'intervention d'une maîtresse qui changera une vie: « Tiens, avait-elle dit, tu ne seras plus jamais seul. » et elle lui avait tendu un livre. Lucas l'avait pris, ouvert, avait lu le premier mot, ma première phrase et soudain, pffffttttt, il avait été comme aspiré! Il était entré dans le livre, d'un coup, comme s'il avait plongé sur un toboggan qui n'en finissait pas. »

Quelques histoires drôles comme celle de l'entêtée Zazie qui réussit à fabriquer le Zazievac, un vaccin qui rend les gens gentils ou celle d'une vie de famille devant la télé: « C'est ton instituteur le con, si la télévision rendait con, ça se saurait, car ta mère et moi, à ce compte là, on serait les rois des cons! Léon faisait oui de la tête: un papa et une maman, ça a toujours raison. »

On trouve aussi des histoires poétiques - Papa, raconte-moi le monde-, sans paroles - Histoire sans parole de la petite fille qui ne parlait jamais-, touchantes -Le chasseur de cauchemars- , classiques -Le petit âne gris qui voulait devenir blanc-, moins réussies -Pot au feu -, tristes – L'enfant bulle -, inventifs: -dégougouillez-moi bien?- une petite histoire où pratiquement tous les verbes et les noms ont été inventés:
« Glupe, puisque vous chalamosse, Monsieur le Commumuche, je vais tout vous poupouter! C'est apapatté juste en godouille de ma nicuche. Deux romomos sont aspajés, un zaillon et un autre plus scoutoutour... » (aussi difficile à lire qu'à recopier mais tellement amusant...)

Ce ne sont pas vraiment des histoires pour les enfants mais un mélange de poèmes, de contes, d'histoires pour adultes encore un peu enfants, inégaux mais sympathiques où on redevient un gamin déchiffrant et essayant de comprendre une histoire; où on redevient un jeune adulte écoutant les promesses de nos petits enfants qui ne nous quitteront jamais, ou l'on (re)devient des adultes vieillissants touchés par l'enfant devenu adulte qui deviendra les yeux ou les oreilles de son papa...
« Quand je serai grande mon Papa
Tu sera vieux
Tu sera las
Mais moi
Je serai toujours
Toujours là
Tout près de toi
Tout contre toi... »

Non Monsieur Claudel, vous ne « racontez pas n'importe quoi ».

Marvic - Normandie - 64 ans - 27 mars 2013


Un peu de tendresse 8 étoiles

Plusieurs petites histoires pour les petits comme les plus grands.

Elles se lisent très facilement. Idéales pour un moment de détente.
Certaines sont mieux que d'autres. Ma préférée est au sujet des affaires d'école qui se retrouvent dans le cartable et qui discutent ensemble. Il y a entre autre le gros classeur et les chaussures de danse. Il y a de la drague, de l'humour mais également de la peur de la part de ces objets car ils deviennent usés... . Nouvelle drôle et tellement attendrissante.

A lire à tout âge.

Pitchou - Morges - Suisse - 33 ans - 29 décembre 2011


histoires d'enfants 7 étoiles

On passe un agréable moment au fil de ces histoires d'enfants très chaleureuses. De petits contes remplis de trésors.

Gardigor - callian - 45 ans - 22 décembre 2011


Gai et doux 8 étoiles

Des histoires d'avant, des histoires d'enfants revisitées, modernisées pour faire place à une langue d'aujourd'hui mais avec une morale de toujours.

MEloVi - - 37 ans - 28 novembre 2011


enfants, racontez-nous des histoires 6 étoiles

A chaque histoire, une chute, une envolée plutôt.
Poésie, conte, galerie de portraits, le lecteur est charmé par le côté lyrique, à souhait, sa coloration sympathique des mots qui font mouche.
A chaque histoire, un peu de lumière, quel que soit le lieu, même si le chasseur de cauchemar ne rencontre jamais le garçon qui rentrait dans les livres.
A lire à ceux dont les oreilles claires entendent rêver un peu plus chaque soir avant de s'endormir. Ce livre est une belle leçon à cogiter, en parcourant les portraits de ces solitudes d'enfants qui imaginent rencontrer le meilleur, plus vite, plus tôt, plus loin.
Apprendre à accepter son être, c'est grandir dans sa peau, se réjouir de la présence des autres, en acceptant ce qu'ils sont eux-mêmes.

Bertrand-môgendre - ici et là - 67 ans - 20 mai 2008