Je suis mort hier
de Aleksandra Marinina

critiqué par Sahkti, le 25 octobre 2006
(Genève - 48 ans)


La note:  étoiles
Intrigues croisées et décroisées
Le responsable d'une émission à succès, ainsi que la journaliste-enquêtrice du programme sont assassinés. Au même moment, le présentateur-vedette découvre que sa femme a mis sa tête à prix. Peu de temps après, une députée russe est tuée, alors que son appartement a été la cible d'un faux cambriolage peu de temps avant. A cela, on ajoute une juge d'instruction qui écrit sous pseudo des polars best-sellers, un producteur de cinéma un peu lourd qui veut les adapter, un gourou hyper charismatique, une Anastasia Kamenskaïa fatiguée et au bout de son couple désuni, vous mélangez le tout et vous obtenez un des meilleurs numéros de la série "Kamenskaïa".

Cette fois, pas de longues tirades sur le fonctionnement de la police ou des moeurs moscovites. Pas trop de place non plus accordée à l'enquêtrice parfois très agaçante, mais une bonne répartition des actions entre les divers personnages du roman. Du coup, ça allège le texte, le rend fluide et plus agréable à lire. D'autant plus que l'intrigue est palpitante, à l'exception toutefois de la grosse ficelle de fin qui permet de dénouer l'énigme de manière un peu trop cousue de fil blanc.

A mes yeux, un des plus mûrs dans cette série de Marinina, sans longueurs ni pesanteur. J'ai lu d'une traite, tant j'avais envie de démêler l'écheveau en apparence inextricable, Marinina s'en sort très bien cette fois (ce n'est évidemment que mon avis).