Lloyd Singer, tome 1, cycle 1 : Poupées russes
de Luc Brunschwig (Scénario), Olivier Neuray (Dessin)

critiqué par Shelton, le 30 décembre 2005
(Chalon-sur-Saône - 66 ans)


La note:  étoiles
Makabi ? Mais c'est qui ?
Il est bon de savoir trouver pour la détente des bandes dessinées qui nous apportent ce repos de l’esprit dont nous avons besoin, parfois, sans pour autant se rabaisser à tomber dans l’imbécillité… faut quand même pas exagérer, non plus…
Cette série Makabi nous invite à un bon moment de détente tout en nous plongeant dans un sujet plus grave…
L’histoire tout d’abord… Une femme, russe d’origine, Zéna, et sa petite fille, Dolly, se retrouve enlevées par de bien mystérieux hommes en noir… Mais par qui ? Pourquoi ? Qui sont ceux qui semblent suivre cette affaire de plus ou moins loin, prêts à prendre la direction des affaires ?
Un homme, un simple fonctionnaire, Lloyd Singer, se retrouve mêlé à cet enlèvement, presque par hasard… C’est aussi à partir de ce moment là que le tragique et l’humour se croisent car la famille Singer, des Juifs américains, est composée d’une multitude de personnes plus atypiques les unes que les autres… Le pauvre Lloyd, encore célibataire, a bien du mal avec ses deux sœurs qui voudraient la marier tout de suite, séance tenant, avec Zéna… Mais je ne vous en dis pas plus pour le moment car cette bédé est aussi basée sur une bonne dose de suspense…
Mais je vous ai dit, plus haut, que cette bande dessinée était aussi une occasion de réfléchir un peu. Alors quel est le thème essentiel ? C’est un réseau de trafic de femmes d’origine slave, russe en particulier, que l’on met à la disposition des jeunes riches Américains… Classique, très classique mais bien raconté, donc agréable à lire.
C’est une bande dessinée qui allie l’action, l’énigme, la confusion et la tendresse, à défaut d’amour… Le scénario, de Luc Brunschwig, un Alsacien bien connu du monde des bédéphiles depuis les deux séries extraordinaires «L’esprit de Warren » et « Le pouvoir des innocents ». Ici, il continue dans la lignée mais avec, cette fois-ci, un illustrateur qui donne plus dans le genre espionnage traditionnel. C’est une série qui devrait plaire à tous ceux qui aiment Alpha, Largo Winch, Lady S, IR$…
Le petit plus, pour être très clair, c’est justement ce personnage de Makabi qui semble sorti directement d’un conte de fée…
« A sa voix, je compris que ce drôle de personnage était un enfant comme moi… mais lui était comme un éclair… vif, foudroyant… implacable ! » et au moindre danger, il suffit de l’appeler pour qu’il arrive et sauve le faible et l’opprimé… Le tout, c’est d’y croire…
Bonne bande dessinée d’action et d’aventure, surtout pour garçons adolescents…
Une excellente série 10 étoiles

Lloyd Singer est un anti-héros. Il n'a rien, mais alors rien à voir avec les durs de durs de la bédé, riches et beaux comme Largo Winch. Il a des lunettes, il est gentil et fondamentalement bon. Il est horrifié par le mal et la méchanceté, il est sensible et a les larmes aux yeux devant la souffrance d'autrui. Quand il rencontre une femme, une étrange alchimie s'établit, la communication d'âme à âme est directe. Le scénario est bien cosntruit, le dessin est beau, mais ce qui rend cette série attachante, c'est le personnage principal.

Le rat des champs - - 71 ans - 2 décembre 2006


Il suffit d'appeler... 8 étoiles

Ce premier tome offre directement les qualités d'une BD riche et passionnante. Qualité du scénario, images fortes, humour et tendresse derrière une violence assumée. L'intrigue prend la place dès les premières pages, et le tout est vraiment bien mené.

Bluewitch - Charleroi - 43 ans - 21 janvier 2006