Les enquêtes de William Monk, tome 02 : Un deuil dangereux
de Anne Perry

critiqué par Ald_bzh, le 14 novembre 2005
(Brest - 44 ans)


La note:  étoiles
Super !!!
Quatrième de couverture
-------------------------------
La famille Moidoire n'avait encore jamais connu de scandale, bien à l'abri dans sa demeure de Queen Anne Street. Mais la famille va être frappée par un drame atroce: la fille de Sir Basil Moidoire est assassinée. L'inspecteur William Monk est sommé de retrouver le coupable au plus vite et d'épargner autant que possible la famille. Peu aidé, tant par l'hostilité de ses supérieurs que par les séquelles de son amnésie, Monk devra lire derrières les silences et les ombres pour parvenir à résoudre cette nouvelle enquête. Heureusement, sa complice Hester Latterly viendra lui prêter main-forte.

Nous revoici plongé dans l'ambiance londonienne du XIXème siècle avec tous ses codes, ses castes et ses meurtres. Nous retrouvons Monk toujours perplexe face à lui même devant résoudre une énigme complexe.
Ce tome est très réussi, on retrouve les personnages du tome précédent qui deviennent récurrents. Le suspense est au rendez-vous, la psychologie des personnages est très bien amenée, l'ambiance est très bien décrite. On se retrouve plongé à une autre époque et on n'en ressort qu'en posant ce livre. Je l'ai lu d'une traite, littéralement dévorée. Il ressort de ce tome qu'il est important de lire les livres dans l'ordre parce que la vie des personnages récurrents est très présentes et on les voit évoluer. Ce tome nous amène d'ailleurs un tournant dans la vie de l'inspecteur Monk.
A lire.
formidable tout simplement 10 étoiles

Quel enchantement cet auteur!!! A peine découverte et Anne Perry m'a rendu accro à ses écrits!!!!

Un deuil dangereux m'a vraiment plu car tout y est: personnages bien campés avec une âme presque réelle, un regard critique sur la bourgeoisie anglaise de la fin du XIXe, intrigue qui vous accroche (difficile de laisser le livre trainer sur le bureau plus d'une heure!) et fin surprenante (je me suis bien fait avoir là!) et à laquelle on ne pense pas.

Un très bon roman policier qui a le mérite de plaire aux non initiés du genre comme moi!

Gwendoline - - 38 ans - 21 avril 2006


Etre domestique à Londres en 1857 8 étoiles

Comme déjà signalé, il est constamment fait référence dans ce récit à une ancienne affaire résolue par l'inspecteur William Monk, assisté de Hester Latterly, qui l'épaule cette fois encore. Des allusions nombreuses et régulières qui n'empêchent pas de comprendre l'histoire mais il est sans doute bienvenu de lire les aventures de William Monk dans un ordre chronologique ("Un étranger dans le miroir" pour commencer).

Cette histoire est bien ficelée! Un meurtre dans une famille bourgeoise, on préfère d'abord soupçonner les domestiques pour ne pas froisser ces gens aux bras longs, même si très vite, la conviction de Monk se porte davantage sur la famille que sur le personnel. Nous suivons les péripéties de l'enquête, détail par détail, et c'est que ce que j'ai apprécié dans cette enquête, cette évolution en compagnie du lecteur.
L'écriture de Anne Perry est très agréable, fluide et riche. Elle dresse un portrait peu complaisant de cette société qui considère sa domesticité comme menu fretin et peut décider de donner la mort ou de conduire à la misère par simple souci de sauvegarder les apparences. Outre l'enquête policière proprement dite, Anne Perry ébauche un portrait social intéressant de la vie à Londres en 1857 et certains aspects en font froid dans le dos!

Sahkti - Genève - 48 ans - 8 mars 2006